La table des généraux L’avis de Gérard Dumas (H.64) Le 3 juin 1970, tôt le matin, deux DS noires aux vitres teintées quittent discrètement Colombey-les-Deux-Églises. Direction Madrid. Pourquoi Madrid ? Parce que De Gaulle, qui a quitté le pouvoir, est fasciné par l’Espagne et ne veut pas mourir avant d’avoir vu le pays de Charles Quint. Et aussi, paradoxalement, il veut rencontrer Franco, 77 ans, allié des nazis pendant la dernière guerre alors que lui-même, 79 ans, est le symbole de la résistance. Et ils vont déjeuner ensemble, dans le palais où réside Franco. Ce qui s’y est dit demeure secret, mais Claude Sérillon, aidé des souvenirs de l’ambassadeur de France, qui faisait office de traducteur, imagine le dialogue des deux hommes qui au fil de la conversation se découvriront des points communs. Un récit passionnant, qui révèle les coulisses d’un fait historique méconnu. Un déjeuner à Madrid, de Claude Sérillon, éditions du Cherche-Midi, 17 € Ouvrage présenté au cercle littéraire d’HEC Seniors Romans L’avis de Xavier de Broca (E.92) « C’est un petit comprimé blanc, ovale, sécable. » L’incipit du roman décrit l’antidépresseur que prend le narrateur, ingénieur agronome de 46 ans, pour augmenter son taux de sérotonine, la molécule du bonheur. Monologue amer sur l’âpreté de la France macronienne, ce « petit livre blanc, rectangulaire, irisable », savant dosage de dérision, d’ironie et d’humour, procure un vrai bonheur de lecture. / Sérotonine, de Michel Houellebecq, éditions Flammarion, 22 € L’avis de Caroline de Gouvello (H.97) Un petit pas […]

This article is for subscribers only!

Cet article est réservé aux abonnés !