La capitale portugaise, logée dans un écrin de sable fin, offre un subtil équilibre de nature et de ville. Les greeters HEC partagent leurs coups de cœur.

Juliette Chaliac Bonin (H.97)

Depuis 2013 – Quelques années passées à New York nous avaient donné le goût du voyage, mais l’Europe nous manquait. Ma famille et moi nous sommes installés à Lisbonne où j’ai monté mon entreprise dans l’immobilier, Miradouro. On a trouvé ici une meilleure qualité de vie, au grand air, dans un environnement très sain pour mes garçons.

Pique-Nique

Promenade gourmande

Du Miradouro Sao Pedro de Alcantara, on profite d’une des plus jolies vues sur la ville, puis on longe la rue Dom Pedro V, pour déjeuner chez Tapisco ou à la Cevicheria. Enfin, pour le dessert, on descend sur la jolie Praça das Flores, histoire de s’offrir une glace italienne Nannarella (les meilleures de la ville) que l’on dégustera au Jardim da Estrela, superbe jardin tropical en face de la basilique de Estrela.

Nautique

Surfin’Lisboa

Le Portugal est un paradis pour les surfeurs. Il est possible de dénicher de très beaux spots sans s’éloigner de la capitale. Si les vagues de la Costa da Caparica assez tranquilles, font le plaisir des uns, les plus téméraires se dirigeront vers la « Linha », entre Carcavelos et Guincho. Ils pourront se requinquer ensuite avec un copieux déjeuner à Moinho Dom Quixote, un ancien moulin offrant une vue plongeante sur la mer.

Climatique

Vent de fraîcheur

Si la chaleur devient caniculaire, faites donc une escapade à Sintra (à vingt-cinq minutes en voiture ou en train). Le microclimat qui règne ici permet de gagner jusqu’à 15 degrés par rapport à la capitale ! C’est aussi l’occasion de visiter la Quinta da Regaleira, un jardin enchanteur, et de rejoindre Praia Grande pour profiter de l’Oceanic Pool de l’Arribas Hotel, une piscine d’eau de mer de 100 m de long posée sur les rochers.


Luis Barreiros (MBA.92)

Depuis 1993 – Mon cas est spécial, puisque je suis né à Lisbonne. C’est pour suivre mes études que je suis parti en France, et je suis revenu vivre ici en 1993. Depuis 2003, je suis consultant pour la Banque européenne et l’Organisation des Nations unies. Ce que j’aime le plus à Lisbonne, c’est la lumière si particulière de la ville.

Botanique

Le poumon de Lisbonne

Le parc floral de Monsanto est un espace vert d’une énorme superficie en plein cœur de la capitale. Jardins, forêt, points d’eau, camping, il ne manque rien. On dit même qu’il est plus grand que le Central Parc de New York ! Les gens viennent y marcher ou pique-niquer en famille, moi j’adore y faire du vélo le dimanche. On se sent à la campagne, sans quitter la ville.

Mythique

La crème des pastéis

Impossible de visiter Lisbonne en passant à côté des pastéis de nata, ces fameux petits flans lovés dans un nid de pâte feuilletée et saupoudrés de cannelle. Deux adresses valent particulièrement le détour : la pâtisserie originale, installée dans le quartier de Belém depuis 1837, et une toute petite boutique située dans le quartier Campo de Ourique, la pâtisserie Aloma… Le goût de mon enfance !

Prolifique

Art et modernité

Dans le centre culturel de Belém, le musée Berardo est une véritable institution. Ce bâtiment à l’architecture moderne dressé face du monastère des Hiéronymites (classé au patrimoine mondial de l’Unesco) peut choquer de prime abord. Mais ses galeries recèlent une somptueuse collection d’art moderne et contemporain de plus de 800 pièces, parmi lesquelles des œuvres de Dali, Picasso ou Pollock…


Ludique

Lisbonne au Portugal

Détour vers le futur

Pour un aller-retour vers l’avenir, il suffit de se rendre au Parque das Nações. Cette ancienne zone ouvrière a été entièrement rénovée à l’occasion de l’Exposition universelle de 1998. On peut aller buller dans son superbe aquarium ou, hisoire de prendre de la hauteur, grimper dans le téléphérique et profiter de l’impressionnant panorama sur le Tage et le Vasco de Gama, le pont le plus long d’Europe !


Gerard Tardy (H.70)

Depuis 2019 – Je suis Senior Advisor de Mérieux Equity Partners. Après quelques belles années à Londres, c’est avec un heureux sens du timing (juste avant le Brexit et le Covid-19) que ma famille a déménagé en 2019 à Lisbonne. Le pays est accueillant, la vie plus détendue et le dynamisme entrepreneurial attire des talents du monde entier.

Monastique

Sanctuaire de rois

À une heure au nord de Lisbonne, le monastère cistercien d’Alcobaça est un joyau de l’architecture gothique, qui a été classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Sa nef, perchée à plus de vingt mètres, confère à l’édifice un élan et une pureté de lignes remarquable. Les tombeaux du roi Pedro et de la reine Inès de Castro, une belle histoire d’amour du Moyen-Âge, se font face dans le transept.

Biologique

Auberge vegan

Le Tiffin Café, à la frontière des quartiers de Lapa et Santos, est un des hauts lieux de la gastronomie végétarienne et végane. Autrefois confidentielle, cette cuisine tend à devenir de plus en plus populaire à Lisbonne. Ouvert par un couple franco-portugais, Fatima et Franck, le restaurant a conquis une clientèle locale grâce à des plats inventifs, des saveurs rares et une belle présentation, tout en maintenant des prix honnêtes.

En musique

Fada de Fado

Le musée du Fado, sur les quais de Lisbonne, est relativement peu fréquenté. Présenter dans un musée l’histoire de la musique populaire portugaise n’est sans doute pas un exercice facile, mais les audio-guides permettent de se familiariser avec les meilleurs interprètes des diverses écoles. Le bâtiment comprend aussi un auditorium, dans lequel des concerts et des événements sont régulièrement organisés.

Lire également : Monica Isola est bien partie pour se mettre au vert !

Avec un format inédit pour un magazine d’alumni, HEC Stories se donne pour ambition de mettre en lumière une communauté de diplômés diverse et internationale. Véritable porte-voix des HEC qui cherchent à avoir un impact positif sur le monde, ce magazine permet également à tous de conserver facilement un lien avec l’école et ses camarades : soutenez le magazine de votre école, abonnez-vous à partir de 40 euros par an.