Les search funds permettent à un individu de reprendre une PME grâce au financement d’un pool d’investisseurs. Ce système novateur est très développé aux États-Unis, où plus de 400 search funds totalisent 1,4 milliard de dollars. En France, le modèle est en voie de développement, avec déjà six fonds actifs. Les conseils du club HEC Repreneurs.

Comprenez l’intérêt des search funds

Le modèle repose sur trois piliers : « l’entraîneur », « le jockey » et « le cheval de course », qui agissent en symbiose pour maximiser le succès de la reprise. Les investisseurs (entraîneurs) accompagnent le repreneur (le jockey) dans la sélection, l’acquisition et le développement d’une PME disposant de fondamentaux solides et d’un potentiel de croissance inexploité (le cheval de course). Il permet à l’entrepreneur de reprendre une PME conséquente, au vendeur de transmettre sa société à une personne physique qui respectera a priori mieux son héritage qu’un grand groupe ou un fonds, et aux investisseurs de participer à la transmission de PME à la génération suivante avec un ratio risque-rentabilité intéressant. Vous avez envie d’entreprendre, mais préférez reprendre une PME et la développer plutôt que de créer une start-up ? Le search fund est fait pour vous. Soutenu par un pool d’investisseurs physiques, vous allez pouvoir reprendre une société valorisée entre 5 et 15 millions d’euros.

Assurez-vous que vous correspondez à ce type d’opération

Le candidat-type est entrepreneur ou entrepreneuse âgé(e) de 35-40 ans, avec un bon CV, de l’ambition mais des ressources financières limitées, qui souhaite développer une société. Être titulaire d’un MBA constitue un avantage. Il faut en moyenne deux ans pour trouver la « bonne » entreprise. Vous allez devoir lever environ 350 000 euros auprès d’investisseurs privés pour financer cette période de recherche (d’où leur nom de « search funds »).

Documentez-vous

Prenez notamment le temps de lire la Search Fund Primer, la bible du modèle, qui est disponible gratuitement sur le site de Stanford (www.gsb.stanford.edu). À compléter par l’ouvrage HBR Guide to Buying a Small Business, de Richard S. Ruback et Royce Yudkoff.

Trouvez vos investisseurs

Les search funds sont un petit milieu. Si vous parvenez à convaincre un business angel, vous serez probablement mis en relation avec d’autres. Le club HEC Repreneurs pourra vous aiguiller. La plateforme SearchFunder.com permet également de réseauter. Votre objectif : mobiliser une dizaine d’investisseurs qui mettront chacun environ 30 000 euros pour financer la phase de recherche de l’entreprise à reprendre. Une fois cette dernière trouvée, les investisseurs décideront ou non de remettre au pot pour l’acquérir. Les fonds propres sont classiquement complétés par de la dette bancaire.

Trouvez la pépite !

Les entreprises éligibles à un tel montage sont des sociétés rentables aux revenus prévisibles – pas des start-up en hypercroissance qui brûlent du cash à vue d’œil ! Scrutez le « marché caché », c’est-à- dire les entreprises qui ne se déclarent pas (encore) à vendre. Explorez par exemple en filtrant par chiffre d’affaires, rentabilité et âge du DG (plus de 50 ans). Il ne vous reste plus qu’à contacter et rencontrer les dirigeants, et à les convaincre de vous céder leur bébé !

Search funds Edouard Kan Puong

Edouard Kan Puong (H.98)
Président du club HEC Repreneurs, il a fait carrière dans le développement de produits et de business au sein de GE Capital, BNPP, SocGen, Natixis et RBS. En 2019, il s’est tourné vers l’entrepreneuriat par acquisition. Il est en recherche active d’une PME à reprendre en France, notamment en Île-de-France ou en Bretagne.

Dans la même rubrique : DÉCUPLEZ VOTRE VITALITÉ AU BUREAU

Avec un format inédit pour un magazine d’alumni, HEC Stories se donne pour ambition de mettre en lumière une communauté de diplômés diverse et internationale. Véritable porte-voix des HEC qui cherchent à avoir un impact positif sur le monde, ce magazine permet également à tous de conserver facilement un lien avec l’école et ses camarades : soutenez le magazine de votre école, abonnez-vous à partir de 40 euros par an.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.