Qu’est-ce que c’est ?

Headspace est une appli dédiée à la méditation, qui promet « une vie plus saine, plus heureuse et plus reposée ». Créé par un étudiant en sciences sportives qui a décidé de tout plaquer pour devenir moine bouddhiste, ce guide virtuel est l’un des plus onéreux du marché (environ 13 euros par mois). Mais pendant la crise sanitaire, les équipes d’Headspace ont choisi de mettre à disposition gratuitement une sélection de séances de méditations pour nous aider à endurer les semaines de confinement et « traverser la tempête » avec plus de sérénité.

Encore une application pour méditer…

Oui… mais non. Il suffit de survoler les différentes rubriques proposées pour comprendre pourquoi des entreprises comme LinkedIn et Google tiennent à offrir ce service à leurs salariés. « Méditation SOS débordé », « Se concentrer », « Définir ses priorités » : l’appli regorge de près de 600 heures de programmes, et semble à répondre à tous les cas de figure, avec des séances qui ne durent parfois pas plus de trois minutes. L’onglet spécial confinement proposait ainsi de méditer en marchant chez soi (les yeux ouverts, bien sûr…) afin de lutter contre la sensation d’enfermement.

Alors, efficace ?

Comme tous les dispositifs du genre, Headspace incite les utilisateurs à pratiquer la méditation quotidiennement pour améliorer leur qualité de vie sur le long terme – et, accessoirement, rester abonnés. Soyons honnêtes, ce n’est pas la première fois que les membres de la rédaction tentent d’adopter la saine habitude de la méditation. Petit Bambou, Melomind, stages de pleine conscience… Rien n’y fait, il y a toujours un moment où nous finissons par « oublier » de méditer… souvent après quelques jours seulement ! Difficile d’évaluer une méthode, quand on n’a pas respecté les trois minutes quotidiennes réglementaires. Trois minutes, c’est tout ? Oui, cela paraît facile, comme ça, mais essayez donc…

C’est pour qui ?

Pour tous ceux qui veulent être impressionnés par leur incapacité à se déconnecter. Plus sérieusement, l’interface est superbe, accessible à tous, et l’application se prête parfaitement à une utilisation sporadique, contrairement à la plupart de ses concurrentes. Les insomniaques pourront ainsi s’endormir en écoutant le crépitement d’un feu de camp ou l’écoulement d’une rivière à la fonte des neiges. Ceux qui sont overbookés méditeront en cuisinant, voire en mangeant (oui, toujours les yeux ouverts). Autant d’expériences à tester… Vous l’aurez compris, nous n’allons pas supprimer l’appli de nos smartphones tout de suite. En tout cas, pas avant d’avoir jeté un œil à la prochaine séance proposée : « Entraînez votre propre singe métaphorique pour perpétuer la méditation ». L’intitulé à lui seul vaut déjà son pesant de cacahuètes.


Flavia Sanches

Membre de la rédaction d’HEC Stories, Flavia Sanches a testé Headspace pour rester zen pendant son confinement.

Avec un format inédit pour un magazine d’alumni, HEC Stories se donne pour ambition de mettre en lumière une communauté de diplômés diverse et internationale. Véritable porte-voix des HEC qui cherchent à avoir un impact positif sur le monde, ce magazine permet également à tous de conserver facilement un lien avec l’école et ses camarades : soutenez le magazine de votre école, abonnez-vous à partir de 40 euros par an.