Hysope, la jeune pousse qui bulle par Meriadec Buchmuller (M.12)

1

Depuis plus d’un an, la marque française et 100 % bio Hysope se fait une place dans les palaces et bars à cocktails.

Star des apéros chics de l’été, le cocktail connaît aujourd’hui une recrudescence sans précédent. Et le spritz (signé Aperol) n’est pas seul à tirer son cure-dent du jeu : le renouveau du gin tonic ou le retour en force des long drinks sont autant de signes d’un marché de la mixologie en expansion. Mais si on est souvent attentif à la qualité de l’alcool ou des jus de fruits, on l’est beaucoup moins à celle de la base, le « premium mixer » (tonic, ginger beer…), qui constitue pourtant la part la plus importante du cocktail. « La grande majorité contient des acides ascorbiques et des arômes de synthèse. Il fallait donc proposer une alternative bio et 100 % française », tonne Meriadec Buchmuller (M.12), qui a fondé Hysope en avril 2019.

Pour damer le pion aux mastodontes tels que Schweppes et Fever Tree, la petite Depuis plus d’un an, une marque française et 100 % bio se fait une place dans les palaces et bars à cocktails. pousse a des atouts : une gamme de cinq recettes plébiscitée par les bartenders et les cavistes, des arômes naturels élaborés à Grasse, une production dans la Spirit-Valley, au cœur des vignes de Châteauneuf-sur-Charente… En pleine effervescence « Il se passe aujourd’hui une révolution comme celle que l’on a connue il y a dix ans dans la gastronomie », raconte le jeune entrepreneur qui fourmille d’idées pour l’avenir, comme celles d’un tonic au romarin ou au kombucha.

Avec 100 000 bouteilles écoulées, la PME s’est déjà bien implantée, même si le confinement a gâché son premier anniversaire. Mais il en faut plus pour décourager Meriadec, qui rappelle malicieusement qu’Hysope est le nom d’une petite fleur rocailleuse, capable de résister aux environnements hostiles…

À lire aussi : Les innovations du mois avec Jules & Jenn

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.