La prise en compte de l’engagement et du bien-être au sein des organisations est fondamentale pour atteindre une performance durable. Ilona Boniwell, professeure associée à HEC, explique comment adapter les pratiques organisationnelles pour donner plus de sens au travail.

Faites-vous coacher en psychologie positive

Toutes les recherches l’affirment : un collaborateur investi et heureux est performant sur la durée. La psychologie positive au travail est justement la science qui s’intéresse à ce qui rend les salariés heureux (et donc performants !). Elle permet notamment d’établir un diagnostic et de déterminer ce qu’il faut développer au sein d’une entreprise pour favoriser l’engagement, le bien-être et l’efficacité des salariés.

Mettez en place des pratiques nouvelles

Plusieurs outils concrets existent. Et ils ne consistent pas à installer un baby-foot dans les locaux ! J’ai moi-même créé un kit interactif et ludique basé sur le modèle scientifique du Profil organisationnel positif (POP). Environnement de travail, rôle, ressources personnelles, le « WUP » se présente à la manière d’un jeu composé de 247 cartes. Il a été conçu comme une véritable boîte à outils pour la résolution des problèmes rencontrés en entreprise. Mener une réunion de travail en marchant, par exemple, favorise l’énergie et la créativité. Certaines entreprises comme Google ont mis en place un système de primes entre collègues pour favoriser la reconnaissance au sein des équipes. D’autres pratiquent le crash the desk pour accueillir les nouveaux salariés (chaque employé choisi un objet à déposer sur le bureau du nouvel arrivé)… Pour chaque problématique, il existe une technique adaptée. Saviez-vous que le « je » était interdit chez Goldman Sachs ? Une façon de contrer l’individualisme et l’esprit de compétition…

Développez vos ressources émotionnelles

Le « capital psychologique » est un modèle constitué de cinq ressources émotionnelles. Toutes ces ressources ne sont pas bénéfiques en fonction du milieu professionnel dans lequel on évolue. Les recherches montrent par exemple que l’optimisme est un vecteur de succès dans les domaines de la vente et du marketing, mais pas forcément dans celui de la sécurité, où la prudence est plutôt de mise. Le sentiment d’efficacité ; l’espoir, conceptualisé en psychologie positive comme la capacité à planifier différents chemins pour atteindre un même objectif ; ou la pleine conscience, propension à se focaliser sur le moment présent et non dans des projections ; toutes ces dispositions d’esprit font partie des ressources dans lesquelles il peut être utile d’investir. Sans oublier la résilience, qui aide à contrôler le stress et permet d’appréhender les difficultés comme des défis plus que comme des obstacles.

Ilona Boniwell (H.11)

PhD de The Open University, Ilona Boniwell est une chercheuse renommée en psychologie positive. Elle a fondé le premier Master en psychologie positive appliquée en Europe et enseigne le leadership positif à Centrale et à HEC Paris. Elle assure des missions de formation et de consulting en tant que CEO de sa société Positran

 

Par flaviasanches

Articles de l'auteur