Ancien port de pêche, la ville bleue est le trait d’union entre tradition et modernité. Suivez les greeters HEC.

Xavier Chatel (H.97)

Depuis 2020 Diplomate de carrière, je suis arrivé de Paris, où j’étais conseiller auprès de la ministre des Armées, pour occuper le poste d’ambassadeur de France aux Émirats arabes unis. La première chose qui m’a frappé à Abu Dhabi, c’est l’omniprésence de la mer. C’est une ville bleue avec un magnifique archipel. Malgré sa récente industrialisation, elle garde son authenticité.

Un chef-d’œuvre

Sur l’île de Saadiyat, futur quartier culturel de la capitale, le Louvre Abu Dhabi raconte l’histoire de l’humanité grâce à une somptueuse collection permanente constituée par les Émiriens, et des prêts de musées français en rotation constante. L’ingéniosité et la poésie de l’édifice de Jean Nouvel font merveille: la ramure de la coupole laisse filtrer les rayons du soleil dans un jeu d’ombre et de lumière à la manière de l’oasis d’Al-Aïn.

Promenade cosmopolite

Niché sur l’extrémité de la corniche, l’ancien port Mina Zayed a conservé son authenticité. En longeant le quai, on admire les boutres arabes traditionnels et on se laisse enivrer par l’odeur de camphre et d’épices indiennes. Un marché aux poissons bigarré reflète la richesse ethnique du pays avec ses marchands indiens, pakistanais ou égyptiens. On y trouve aussi des centres d’art, comme le Warehouse421.

Jardin sur l’eau

Forêt luxuriante au cœur de la ville, le Parc naturel des mangroves est un havre de paix qui s’étend sur 75 km2 irisés de canaux. Autrefois endémique, la mangrove a été replantée pour donner du cachet à la ville et améliorer son bilan carbone. En kayak ou en bateau, on vogue à travers un paysage de palétuviers, de végétaux et d’une faune riche d’oiseaux lagunaires, de poissons et de tortues.

Fayçal Chaddad (certificat HEC 2021)

Depuis 2020 Après plus de vingt ans passés au sein d’institutions européennes, je me suis envolé pour les Émirats il y a deux ans. En charge du business development Afrique et Moyen-Orient pour un groupe digital français, ce changement m’a permis de me rapprocher de ma clientèle en pleine période du Covid, alors que les avions étaient cloués au sol.

Jazz et ambiance club

Les aficionados du cigare et de la bonne musique apprécieront l’atmosphère du Manhattan Lounge à l’hôtel St. Regis de Saadiyat. On s’y installe sur des fauteuils en cuir dans un cadre architectural exceptionnel, pour déguster un verre dans une ambiance jazzy. On profite d’une magnifique vue sur les jardins de l’hôtel, sur la plage et le golfe de Saadiyat. Le contraste du vert et du bleu est unique.

Mer et passion des perles

Les eaux du golfe Persique étaient le lieu idéal pour la perliculture. Le musée History & Aquarium retrace les traditions de la pêche à la perle, lorsque les frontières du pays se confondaient avec celles d’Oman ou de l’Arabie saoudite. La visite se fait sur un siège accroché sur un rail. Le lieu fait référence au fort Al Hosn, première résidence des cheikhs dans l’Émirat, construit pour protéger le premier puits d’eau douce de la ville.

Équitation and co

C’est l’endroit parfait pour pratiquer l’équitation, discipline traditionnelle des Émirats. Situé à seulement vingt minutes du centre-ville, Al Forsan est un complexe sportif et de divertissement premier en son genre au Moyen-Orient. En plus du centre équestre, on peut y pratiquer le wakeboard, le ski nautique, le karting, ou encore le tir à l’arc ou au pistolet. Mais aussi le vélo, le jogging, le paintball, la natation…

Sacrée construction

Au-delà de l’aspect religieux et spirituel inhérent au lieu de culte, la mosquée de Cheikh Zayed unit les civilisations à travers l’artisanat. Une mosaïque en marbre témoigne du savoir-faire des Italiens, tandis que les plâtres et le travail du bois rendent hommage aux Marocains. Au sol s’étend le plus grand tapis du monde tissé à la main en Iran, tandis qu’au plafond sont suspendus des lustres parés d’or 24 carats et de cristaux Swarovski.

Lina Hadj Hamou (H.09)

Depuis 2014 Il y a six ans, je me suis installée aux Émirats avec mon mari pour des raisons professionnelles. J’ai vécu d’abord à Dubai, puis il y a deux ans, j’ai emménagé à Abu Dhabi. C’est une ville calme et chaleureuse, adaptée à la vie de famille. Je travaille aujourd’hui pour la compagnie nationale pétrolière ADNOC.

Sur les chapeaux de roues

À trente minutes du centre-ville, le circuit de Yas Marina accueille en novembre la dernière étape du Grand Prix de Formule 1. Un grand moment pour la capitale. Le reste de l’année, on peut venir sur le circuit pour y faire quelques tours de piste, au volant de sa voiture ou en réservant une expérience McLaren. Le soir, le circuit se transforme en piste cyclable et devient le terrain de jeux favori des familles.

C’est quasi le Pérou

Dans un cadre cossu, le restaurant Coya offre une ambiance animée ainsi qu’une expérience culinaire exotique. On y découvre une cuisine qui revisite les plats traditionnels du Pérou. Le guacamole ou les churros y sont mémorables, de même que la carte des mezcals. Seule l’addition est salée, le prix à payer pour côtoyer le monde de la finance, le restaurant étant situé sur l’île d’Al Maryah, épicentre financier de la capitale.

La beauté à l’œuvre

À l’instar de Dubai ou de Bâle, la Foire d’art internationale d’Abu Dhabi accueille en novembre des galeries régionales et internationales. Des œuvres d’artistes contemporains sont exposées au Manarat Al Saadiyat. Le reste de l’année, l’endroit organise des expos d’ampleur plus modestes, mais de grande qualité, qui mettent en avant les artistes régionaux. L’endroit idéal pour nourrir une âme d’esthète

Published by La rédaction

Articles de l'auteur