Biographie

Énarque, normalien et agrégé de lettres modernes, Denis Olivennes commence sa carrière comme conseiller ministériel dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy. Il s’oriente rapidement vers la direction de groupes publics et privés : Air France en 1993, Canal+ en 1997, La Fnac en 2002.

Au tournant des années 2010, il devient un acteur incontournable du secteur de la culture et des médias, en prenant successivement la direction du Nouvel Observateur puis de Lagardère Active (Europe 1, Paris Match, Elle, Doctissimo…).

En 2019, il est nommé président de CMI France, deuxième groupe de presse magazine français. Propriété de la holding Czech Media Invest dirigée par Daniel Kretinsky, le groupe édite notamment les hebdomadaires Elle, Marianne et Télé 7 jours.

À la faveur du rachat d’Editis par CMI fin 2023, Denis Olivennes prend également la présidence du plus important groupe d’édition français après Hachette, qui réunit notamment Nathan, Plon, Le Cherche-Midi, Robert Laffont.

Essayiste et homme de télévision, Denis Olivennes présentait l’année dernière une émission littéraire sur Public Sénat (« Au bonheur des livres »), avant d’animer les débats d’« Élémentaires » pour la même chaîne. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels La gratuité, c’est le vol : quand le piratage tue la culture, paru aux éditions Grasset en 2007, ou plus récemment Le Délicieux Malheur français et Un étrange renoncement (éditions Albin Michel, 2019 et 2021).

 

HEC Stories lui a posé ses quatre questions emblématiques en coulisses.

 

La réussite en trois mots ?

La réussite, c’est avoir une vie utile. Si possible heureuse, mais d’abord utile.

 

Une idée pour sauver la planète?

La re-boiser ! Nous avons tant d’espace pour reforester. Ainsi, nous sommes capable de capter du co2 et c’est beaucoup plus efficace que toutes les autres mesures. Il faut un plan Marshall de la forêt mondiale !

 

Une personne qui vous inspire?

Gandhi. Parce qu’il a réussi par la paix et la non-violence, ce que tant d’autres essaient de réussir par la violence, les morts, les crimes. Et Mandela aussi.

 

Quel conseil donneriez-vous à un étudiant HEC désireux de travailler dans votre secteur ?

De s’accrocher. De s’accrocher à sa passion. Je crois que ce sont des métiers dont le principal avantage est que vous n’avez pas le sentiment d’aller au bureau le matin parce que vous faites quelque chose qui vous passionne. Donc il faut s’accrocher.

Published by