« Une icône de mode, d’avant-garde et d’horlogerie » par Catherine Erbelé-Devaux

0
Beaucoup d’amateurs de belles montres commencent leur voyage horloger par la Monaco, une montre incontournable de toute collection digne de ce nom. Le point avec Catherine Erbelé-Devaux, directrice du patrimoine de TAG HEUER. Pouvez-vous nous rappeler l’histoire de votre pièce iconique : La Monaco ? L’histoire de la Monaco commence par l’histoire de son mouvement, le Calibre 11, le premier mouvement chronographe automatique. Jack Heuer, alors président de l’entreprise, en comprend toutes les perspectives de développement et en équipe ses deux collections principales, Autavia – qui représente l’univers de la course automobile – et Carrera – qui représente l’élégance. Il en manque une troisième symbolisant l’avant-garde pour créer un bon équilibre. Il trouve la solution avec son fabricant de boîtiers quand celui-ci lui montre la première boîte carrée et étanche. La suite semble évidente : un cadran d’un bleu franc pour sortir des codes habituels et un nom, Monaco, à la fois glamour et racing, facile à prononcer dans toutes les langues. Cependant, la Monaco peine à rencontrer son public. Finalement, elle arrive au poignet de Steve McQueen dans son film Le Mansen 1970, parce qu’on en avait en stock ! Cette association du King of Cool et de la Monaco marque une époque et sera reprise lorsque la Monaco est relancée en 1998.Depuis, ce chronographe si atypique est une icône de mode, d’avant-garde et d’horlogerie. Pour le 50e anniversaire de ce modèle, vous avez prévu 5 éditions spéciales. Qu’en est-il ? Pour rendre hommage à notre icône, nous avons […]

This article is for subscribers only!

Cet article est réservé aux abonnés !