Se présenter, trouver l’accroche, susciter l’envie, le tout en moins de 120 secondes ? Pour un créateur de start-up, maîtriser l’art du pitch est le meilleur moyen de capter l’attention des investisseurs comme du public. Parce qu’à ce jeu-là, on a rarement deux occasions de faire bonne impression, Fiona Picot, jeune entrepreneuse lauréate de la Pitch Night d’HEC, révèle ses tips pour maitriser votre discours.

Soignez votre entrée

Les quinze premières secondes de votre prise de parole sont capitales : n’oubliez jamais qu’un élément doit se détacher afin de réveiller les spectateurs endormis ! Le public retiendra toujours davantage une note d’humour, une formule choc ou une anecdote personnelle qu’une slide powerpoint, aussi bien ficelée soit-elle. Ne pas non plus hésiter à incarner sa parole à travers des symboles forts. En montant sur une estrade, j’ai souvent à la main un des produits commercialisés par MyHoly : un tampon, une serviette… que je brandis face à l’auditoire. C’est plus efficace qu’un laïus sur les bienfaits de l’hygiène intime écoresponsable !

Occupez la scène

La parole reste la manière la plus simple de faire naître l’émotion. Rien ne doit venir « polluer » la relation directe avec l’auditoire. Alors, lâchez vos slides, vos fiches et votre micro, et adressez-vous le plus naturellement possible au public avec vos mots et votre style. Pour ma part, je préfère utiliser un micro-cravate pour tirer pleinement parti de l’espace de la scène, libérer ma gestuelle et laisser parler mes mains ( je suis une fille du Sud !).

Utilisez des formules simples

On ne s’adresse pas de la même manière à des investisseurs, à un jury de professionnels ou à des consommateurs. Mais dans tous les cas, employer un sabir incompréhensible pour paraître savant ne sert à rien ! Le public est plus sensible à des mots simples et à des enchaînements logiques. L’histoire doit être limpide : votre problématique, pourquoi vous y croyez, et quel est votre projet. Oubliez l’exhaustivité : il faut « frustrer » un peu ceux qui écoutent pour qu’ils aient envie d’en savoir un peu plus. Il faut aller à l’essentiel et éviter de parler trop vite.

Faites appel à un coach

J’ai eu la chance d’être conseillée par Jacques Birol (H.74), un professeur d’HEC qui m’a fait répéter ma prestation avant mon passage sur la scène de Station F. Il m’a aidée à trouver les bonnes formulations, à trouver l’angle d’attaque… Un avis extérieur est souvent capital pour préparer son discours. Pour les plus timides, rien ne vaut quelques cours de théâtre ou d’art oratoire. Ce serait vraiment dommage de rater une prestation à cause du stress : il ne faut jamais oublier qu’on est là pour se faire plaisir. Avant chaque prestation, j’écris au stylo sur mon avant-bras le mot : « kiffe ».

Maîtrisez votre discours sur le bout des doigts

Petite, j’ai suivi des cours de danse classique, et je me souviens de l’angoisse qui montait lorsqu’il fallait se produire devant les parents lors du spectacle de fin d’année. J’ai vite compris que le meilleur remède au stress était de connaître parfaitement sa chorégraphie. La « machine » doit en effet être capable de prendre le relais si le cerveau bloque. Il en va de même pour un pitch : j’apprends par cœur mon discours afin de ne laisser aucune place à l’imprévu, sans pour autant paniquer si une fois lancée, j’utilise un autre mot ou une autre tournure. Il ne s’agit ni de réciter ni de robotiser son discours. J’ai vu tant de projets extraordinaires rencontrer peu d’écho parce que la présentation manquait de passion…

Discours

Fiona Picot
Diplômée de l’EM Lyon, cette ancienne consultante en stratégie a fondé en 2018 My Holy, une marque d’hygiène féminine écologique. Avec un discours de moins de deux minutes, elle a remporté la Pitch Night organisée par HEC à Station F.

Dans la même rubrique : APPRENEZ À MAÎTRISER VOS FACULTÉS D’ATTENTION

Avec un format inédit pour un magazine d’alumni, HEC Stories se donne pour ambition de mettre en lumière une communauté de diplômés diverse et internationale. Véritable porte-voix des HEC qui cherchent à avoir un impact positif sur le monde, ce magazine permet également à tous de conserver facilement un lien avec l’école et ses camarades : soutenez le magazine de votre école, abonnez-vous à partir de 40 euros par an.