Dans le cadre professionnel, il est parfois difficile de rester concentré. Les urgences et les sollicitations permanentes vous donnent le sentiment de ne pas être efficace ? Normal : l’exigence d’être toujours plus rapide et connecté met à mal notre capacité de concentration… Bonne nouvelle : l’attention, ça s’apprend ! Anne de Pomereu (H.86), coach et formatrice dans ce domaine, livre ses conseils.

Prenez conscience de vos limites

Nous vivons et travaillons dans un environnement enrichi, caractérisé par une profusion d’informations et de sollicitations. Nous nous sentons capables d’y répondre et d’en profiter, alors qu’en réalité, il est quasi impossible d’engranger l’ensemble de ces données et stimuli.

Préservez-vous des sollicitations

Votre attention est une denrée rare, elle est précieuse et… convoitée ! Les réseaux sociaux et autres Netflix ont tout intérêt à la capter. Ils mettent tout en œuvre pour que vous demeuriez le plus longtemps possible devant votre écran. Dans le cadre professionnel, les outils permettent d’ouvrir plusieurs fenêtres à la fois, de répondre à un mail tout en répondant au téléphone… bref, de faire plusieurs choses à la fois ! Mais ce zapping ne donne que l’illusion de l’efficacité : lorsque le cerveau « switche » d’une activité à l’autre, cela augmente le temps consacré à chaque tâche… et le risque d’erreurs.

Apprivoisez votre attention

L’attention est fragile : elle se disperse facilement. Elle a tendance à se diriger vers ce qui est facile, nouveau ou procure un plaisir immédiat. Un penchant qui favorise la procrastination, car il est plus simple de répondre du tac au tac à un mail que de se plonger dans un dossier complexe ou dans la préparation d’une présentation stratégique… Sachez distinguer l’attention purement réactive, qui reste en surface, de la concentration soutenue dont vous avez besoin pour mener un travail ou une réflexion approfondis. C’est elle qui vous donnera le sentiment d’avoir « bien bossé ».

Scindez les tâches

Tout faire en même temps ? Ce n’est pas une bonne idée : la fatigue ainsi générée réduit votre capacité de concentration, et laisse un sentiment d’inachèvement qui peut conduire à une vraie souffrance au travail. Prenez plutôt le temps de planifier les choses. Décomposez les tâches complexes en plusieurs tâches simples, à mener les unes après les autres, et attribuez un temps à chacune, pour vous ménager des « bulles d’attention ». Ce n’est pas du temps perdu, au contraire, puisque c’est un temps que vous regagnerez in fine.

Renforcez la contrainte

Pour éviter de se disperser, ce qui fonctionne le mieux, c’est de se fixer des règles, de changer ses habitudes en s’imposant une autodiscipline. Il s’agit de devenir le moteur de sa propre attention. Pour mener les tâches qui nécessitent une attention soutenue, réservez-vous des plages horaires, de préférence dans des lieux sereins, lumineux et préservés des sollicitations (à l’écart de votre environnement habituel, voire dans une salle sans internet, avec un casque antibruit sur les oreilles…). En créant un contexte favorable à une concentration totale, vous serez à la fois plus rapide et plus efficace.

Anne de Pomereu (H.86)
Après une carrière dans la publicité et le marketing, elle s’intéresse à la mémoire et aux moyens de la développer. Elle conçoit et anime en 2015 une formation sur l’attention pour L’Oréal. Après Éloge de la Passoire,publié en 2018, elle vient de terminer un livre sur l’attention. Plus d’infos sur : www.apprendreettrans mettre.com

Lire aussi : L’ œil d’Iris Maréchal (H.21)

Avec un format inédit pour un magazine d’alumni, HEC Stories se donne pour ambition de mettre en lumière une communauté de diplômés diverse et internationale. Véritable porte-voix des HEC qui cherchent à avoir un impact positif sur le monde, ce magazine permet également à tous de conserver facilement un lien avec l’école et ses camarades : soutenez le magazine de votre école, abonnez-vous à partir de 40 euros par an.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.