Un mardi ensoleillé du mois d’octobre, j’emmène mon père Claude MARION DE PROCÉ, HEC 1956, sur le chemin de son passé. Témoignage.

Laurence Rolland (HEC Alumni) et Claude Marion de Procé (H.56)

– Ça fait 2 mois que tu évoques avec insistance HEC Jouy-en-Josas. Tu aimerais y retourner Papa ?

– En effet, cela me ferait très plaisir. Il affiche un grand sourire.

Atteint de la maladie de Parkinson mais très conscient de son état, mon père âgé de 89 ans oscille entre grande présence, réalité passée et fiction parfois. Il se voit tantôt intervenir à HEC sur ses domaines d’expertises, tantôt intégrer comme étudiant l’école qui l’a tant marquée, parfois aimerait savoir s’il a laissé un bon souvenir ou encore souhaiterait récupérer son diplôme.

Ma demande par mail est acceptée. J’apprends entre temps qu’il a étudié à Paris boulevard Malesherbes. A Jouy-en-Josas, il a animé des conférences en tant que Président du Groupement Chimie Pétrole des anciens d’HEC.

Arrivés sur place, nous sommes mis en contact avec Laurence Rolland, responsable du Réseau HEC Alumni, qui, généreusement et au pied levé, nous a rejoints et proposé de découvrir tous les lieux emblématiques du campus. Nous naviguons, mon père dans son fauteuil, du premier amphithéâtre inauguré par Charles de Gaulle à une chambre d’étudiant en passant par la bibliothèque, le mur des grands donateurs, etc. Laurence lui accorde une si belle attention que la magie opère. Il ne perd pas une miette de sa visite, pose des questions à bon escient, discute avec des étudiants, retrouve son âme de jeune homme et son esprit alerte.

HEC un jour HEC toujours.

Claire de Procé-Blanchard

Published by La rédaction

Articles de l'auteur