Créé il y a un an à l’initiative de l’association HEC Alumni et d’anciens élèves bénévoles, le club HEC Diversités a organisé fin janvier son troisième événement, dédié aux diversités dans les milieux du luxe et de la finance. Autour des interventions de Geoffroy Guigou, co-fondateur et dirigeant de la licorne française Younited Credit, Bruno Kaufmann, fondateur et CEO de WeBoard et Xavier Romatet, directeur général de l’Institut Français de la Mode, 

nous avons échangé sur la transmission et la valorisation des savoir-faire, la créativité, le recrutement et le management, toujours au prisme des sujets des diversités. Un rendez-vous qui a réuni des dizaines d’Alumni ainsi que des participants de l’extérieur.

 

Comme toujours au sein du Club, le sujet des diversités a été abordé à travers de multiples aspects, et notamment :

 

Le rôle central que jouent les diversités géographiques et culturelles dans la diffusion de la créativité et de l’innovation dans l’entreprise : avoir des équipes de management autonomes implantées localement empêche la reproduction d’un modèle univoque – celui du siège d’origine. C’est ce dont s’est félicité Geoffroy Guigou : le produit étant confronté à différents usages, chaque pays où la licorne française est présente contribue à son amélioration.

 

Promouvoir la diversité dans le management – quitte à bousculer certains conservatismes – est essentiel : cela est notamment critique dans les entreprises du luxe, où l’on observe souvent une homogénéité des profils au sein des organes de direction, contrastant avec l’effervescence créative et métissée des collections. C’est ce qu’a rappelé Xavier Romatet en tant qu’observateur privilégié de ce secteur : la nouvelle génération de talents attend de son environnement de travail qu’il lui ressemble sincèrement. Gérer la tension entre des modèles passés qui ont assis la solidité de grands groupes du luxe et leur réinvention nécessaire devient enjeu stratégique crucial pour ce secteur.

 

La diversité cognitive est une ressource précieuse pour l’entreprise : Accepter la critique, au sens premier du terme, en écoutant les différents points de vue sans nécessairement les opposer contribue à la pertinence d’un débat et à la construction d’une culture d’entreprise plus unificatrice. Il s’agit pour Bruno Kaufmann d’une véritable force et d’un enjeu contemporain de la gouvernance, notamment en tant que dirigeant et recruteur. 

 

Les échanges ont été émaillés de précieux conseils dont toute la communauté HEC peut s’emparer au quotidien. :

 

Être volontariste sur le sourcing et inciter les recruteurs à tenir des objectifs précis, notamment par le biais d’incentive financier. C’est notamment la décision qu’a prise Younited Credit pour augmenter le nombre de profils féminins dans certaines fonctions.  

 

Ne pas être dogmatique sur les quotas.  Même s’il l’on s’y oppose par principe, il faut savoir reconnaître qu’ils peuvent accélérer des transformations, notamment dans la constitution des instances de gouvernance.

 

Considérer la diversité comme un investissement. Même si cela peut conduire à des arbitrages dont le retour sur gain immédiat n’est pas mesurable, l’ensemble des intervenants s’est accordé sur le fait qu’à long terme, cela bénéficie à l’entreprise. Les diversités visent un but commun : l’égalité des chances entre toutes et tous, à l’image de la société dans laquelle les entreprises ont vocation à se développer.

 

Notre prochain évènement se tiendra le 24 mars. Dans le cadre de notre cycle de rencontres Inspirants & Modèles, nous recevons Eric Molinié, secrétaire général de Dalkia, ancien président de la Halde et auteur du livre Vivant !. Un parcours exemplaire d’une réussite qui a dépassé tous les préjugés le handicap. Les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes sur le site de l’association.

 

Rédigé par Elie Sic-Sic 

Published by La rédaction

Articles de l'auteur