Créée il y a vingt ans, la Maison Patyka est une marque de cosmétiques certifiée bio. Pierre Juhen, qui a racheté la société il y a dix ans avec Grégory Declercq (H.08), détaille les missions de cette entreprise responsable. Avec des ingrédients issus de l’agriculture biologique et cultivés en France, les produits ne contiennent aucune substance d’origine animale et sont conditionnés dans des étuis recyclables. Rencontre avec le dirigeant d’une entreprise engagée dans une vaste démarche RSE.

 

Quels souvenirs gardez-vous de vos années campus ?

Pierre Juhen : Ces années étaient riches en rencontres et en expériences. Je souhaitais intégrer une école qui cultive l’excellence et qui soit ouverte sur le monde, et c’est ce que j’ai trouvé ! HEC m’a apporté mes meilleurs amis et mon associé, Grégory Declercq (H.08), avec lequel j’ai créé ma première société. Sur le campus déjà, nous rêvions de créer un grand groupe industriel français. Et je me souviens tout particulièrement des cours de supply chain que j’aurais dû écouter davantage, car c’est la clé de voûte de toute aventure industrielle !

 

Pourquoi avoir décidé de vous lancer sur le marché de la cosmétique ?

Pierre Juhen : Le choix de la cosmétique est le fruit du hasard. En revanche, nous avons immédiatement été séduits par le bio. C’était très novateur à l’époque, personne ne parlait de RSE. Nous étions convaincus qu’il n’est pas normal de devoir faire un choix entre des produits bons pour la santé et l’environnement, et des produits agréables et efficaces. Les débuts étaient particulièrement difficiles, car il n’y avait quasiment pas de formule ni d’emballage certifiés bio et de qualité. Nous avons dû inventer, créer… cela a pris du temps et nécessité beaucoup d’efforts.

 

Comment se situe Patyka sur l’échiquier de la cosmétique bio ?

Pierre Juhen : Patyka est la marque pionnière des cosmétiques bio. Il y a plus de vingt ans, on traçait un chemin que beaucoup empruntent aujourd’hui, et nous nous en réjouissons d’ailleurs. Depuis dix ans, nous travaillons pour une nouvelle vision de la beauté, qui allie éthique, efficacité et sensorialité. Pourquoi faudrait-il choisir ? Nous développons une cosmétique sans compromis, qui prend soin de la beauté et de la santé de la peau, des individus et de la planète. C’est ce que nous appelons « la science du bio ».

 

Quelles sont vos initiatives en termes de packaging et de contenant ?

Pierre Juhen : Patyka, pionnière dans l’éco-conception de ses emballages, a depuis plus de quinze ans des étuis 100% recyclables, fabriqués avec du papier certifié FSC, pliés en origami à la main, sans point de colle et imprimés avec des encres végétales. Aujourd’hui, nous proposons même des pots rechargeables.

 

Le choix des ingrédients se fait-il en fonction de leur impact sur la biodiversité ?

Pierre Juhen : Absolument. S’engager en faveur de la protection de la biodiversité, c’est assurer la pérennité de nos créations et de nos savoir-faire, et contribuer à la préservation de la beauté du monde. Il est tout naturel pour nous de prendre en compte notre impact sur la biodiversité dans le cadre de notre chaîne de valeur et d’approvisionnement. Nous privilégions les actifs français, les ingrédients naturels cultivés en agriculture biologique et labellisés Fair for Life. Nous sommes experts en chimie verte et Patyka mise sur la biotechnologie pour créer des formules de pointe certifiées bio, performantes et plus respectueuses.

 

Vous êtes à la tête d’un groupe qui compte environ 150 collaborateurs pour un chiffre d’affaires d’environ 50 millions d’euros, quels conseils pourriez-vous donner aux entrepreneurs qui se lancent ?

Pierre Juhen : Il n’y a pas de bon moment pour se lancer, il faut juste se lancer. Le plus important n’est pas le secteur, mais les personnes avec qui vous vous associez et travaillez.

 

 

Published by Daphné Segretain

Articles de l'auteur