Pour envoyer de l’argent à leur famille, les binationaux et étrangers résidant en France passent par des organismes tels que Western Union et MoneyGram. Des services utilisés par Bennaceur Kasbi, avant qu’il ne se décide à fonder sa propre société spécialisée, fin 2017. Paytrip permet aujourd’hui de créer un e-portefeuille qui révolutionne la mise à disposition d’argent entre proches ou membres d’une même famille qui ne résident pas dans le même pays. Chaque client ouvre un compte IBANisé qu’il alimente du montant de son choix par virement ou par carte. Les moyens de paiement se présentent sous forme de cartes Mastercard prépayées utilisables dans plus de 200 pays et auprès de 40 millions de distributeurs ou commerçants affiliés. Jusqu’à quatre de ces cartes prépayées et rechargeables peuvent être associées à un même compte. Le client peut disposer d’une carte, en confier une aux membres de sa famille restés par exemple dans le pays d’origine. En France comme partout dans le monde, cet argent est ainsi utilisable instantanément avec des frais réduits par rapport aux opérateurs dominants. Ainsi, Paytrip, incubée par HEC Challenges Plus, innove pour les transferts internationaux d’argent. Cette FinTech met à profit l’ouverture d’un marché du paiement en phase de déréglementation et les ruptures d’usage permises par les nouvelles technologies digitales. Elle innove également au plan sociétal en permettant la bancarisation de populations dans les économies émergentes. Résolument inclusive, Paytrip permet également aux résidents de l’Union européenne exclus du système financier d’ouvrir un compte, première étape d’une réinsertion par le travail et l’économie. Le modèle économique de Paytrip est basé sur un système d’abonnement : 3,49 euros par mois ou 24,90 euros par an et par carte. Après plus d’un an à mettre au point ce service, la plate-forme, opérationnelle depuis mars dernier, séduit un nombre grandissant de clients. Paytrip s’est fixé un objectif de 500 000 utilisateurs et de 65 millions de chiffre d’affaires annuel d’ici cinq ans et continue de croître à bon rythme. L’effectif actuel (quinze salariés) devrait doubler avant la fin de l’année. Les priorités de recrutement concernent le centre de service client, les ventes et le marketing ainsi que les développeurs. Après une première levée de fonds de 1,2 million d’euros en 2018, suivie d’un second tour de table en 2019 avec 2 millions en deux tranches pour poursuivre l’expansion de la société.La jeune pousse poursuit sa stratégie de conquête par l’innovation.Innovation technologique grâce à l’IA qui permet d’automatiser l’authentification et de détecter les fraudes.Innovation d’usage en multipliant les services liés au e-portefeuille et à la carte. Il sera bientôt possible d’opérer des transferts de carte à carte entre membres de la communauté Paytrip ou de bloquer certaines catégories d’achats (comme les jeux en ligne, par exemple) pour les cartes bénéficiaires. Innovation sociale en apportant des services spécifiques à certaines populations avec l’aide du tissu associatif (comme les étudiants étrangers).

Paytrip a été cofondée par Bennaceur Kasbi (HEC Challenge Plus 2017), Eric Loutre (HEC Executive MBA 1997) et Bruno Gérard (HEC Faculty Member).