Nim Europe par Grégoire Cabri-Wiltzer (H.79)

0
Comment définiriez-vous le management de transition ? C’est un métier où nous pratiquons le « sur-mesure » et qui requiert à l’heure de la digitalisation de plus en plus d’expertise, de réactivité et de finesse. Concrètement, notre activité comprend trois volets indissociables : – L’analyse fine et précise de la société et des objectifs de la mission ; – L’identification d’un manager ou d’un expert disponible et opérationnel sous 48 heures ; – Le pilotage de la mission et de son manager : c’est un aspect incontournable, mais souvent sous-estimé de notre activité. Cela couvre la préparation de l’arrivée du manager dans l’entreprise, son accompagnement continu tout au long de la mission et un soutien renforcé en cas de difficultés. Notre métier est donc très différent de celui de la « chasse de têtes » et du recrutement de dirigeants. Lors d’un recrutement, l’entreprise va miser sur un potentiel et rechercher un manager qui va rester au minimum quelques années en son sein. Notre manager de transition doit, quant à lui, être opérationnel immédiatement dans un registre bien précis pour une durée limitée. Son objectif est clair : c’est la mission, toute la mission, et rien que la mission ! Alors que le marché du management de transition connaît un développement continu depuis quelques années, quelles sont les principales tendances que vous observez ? Ce marché en croissance, environ 300 millions d’euros en France, est encore un secteur de niche en comparaison à nos voisins anglais, néerlandais ou britanniques. Aujourd’hui, […]

This article is for subscribers only!

Cet article est réservé aux abonnés !