Quand il ne fait pas vibrer les travées de l’amphi Blondeau au son de son violon, Nicolas gagne des compétitions d’aviron avec le club HEC, dont il est vice-président.

Toucher les gens à travers sa musique, Nicolas connaissait déjà. Ce super pouvoir, il le développe depuis ses 3 ans, âge où il se met au violon. le jeune virtuose termine le conservatoire et remporte plusieurs concours en France et en Arménie ! Tel un espion, il a été formé par un transfuge soviétique, proche de la prestigieuse école Tchaikovski.

Jamais rassasié, le violoniste s’inscrit au Club Aviron HEC. L’aviron est un sport d’endurance et de force qui correspond à son grand gabarit. sur la yolette, il remporte l’Eurowings de l’ESCP, le Supaerowing de Toulouse et se distingue aux championnats de France. En fin d’année, il demande à faire partie du bureau et obtient la vice-présidence.

Ses coups d’archet et ses coups de rame l’ont rendu plus fort : du violon, il a acquis la rigueur ; de l’aviron, le travail en équipe et la gestion d’un groupe. Deux nouvelles aptitudes qui lui permettent de se préparer sereinement à la vie professionnelle, où il se voit intégrer une banque d’affaires.

Published by La rédaction

Articles de l'auteur