Nommé directeur du Louvre Abu Dhabi en 2016, Manuel Rabaté est à la tête du premier musée universel du monde arabe. Ce Dijonnais de 46 ans, passionné de sciences humaines, a mis à profit trois formations complémentaires : hypokhâgne, Sciences Po Paris et HEC qui lui ont donné une large culture, des compétences transversales et des techniques de leadership. Il débute sa carrière au Louvre de Paris, puis au musée du Quai Branly et devient directeur de l’Agence France-Muséums. Aujourd’hui, il porte les valeurs universelles du Louvre Abu Dhabi. Collections et expositions temporaires, performances, conférences, programmes de recherche, servent un même objectif : raconter l’histoire de l’art et celle de l’humanité. Un travail exigeant qui lie politique culturelle, diplomatie et accueil du public.

Après son inauguration, le Musée a vécu deux ans de boom complet, avec 1 million de visiteurs par an. À tel point que Manuel Rabaté pensait déjà au Louvre Abu Dhabi 2.0, un lieu d’éducation et de recherche. Mais les deux années de Covid l’ont contraint à mettre certains projets en pause. L’institution est aujourd’hui en phase de reprise et a dépassé les 3 millions de visiteurs. Son directeur veut lui donner un second souffle : un nouveau laboratoire de recherche, des programmes de formation, de nouveaux mécènes et de nouveaux partenariats pour faire découvrir au public toujours plus de pièces exceptionnelles venues du monde entier. Comme cette statue à deux têtes d’Aïn Ghazal, qui date d’environ 6 500 ans avant J.-C, l’une des plus anciennes statues de l’humanité, dont il tire une grande fierté.

Published by La rédaction

Articles de l'auteur