Fils d’un prof de maths et d’une prof de sport, Loïc Féry a le goût de l’excellence et a fait sienne la maxime latine transmise par ses parents : «un esprit sain dans un corps sain».  Fan de sports, à bonne école de la République, il veut réussir et devenir entrepreneur, mais rêve aussi à s’impliquer dans un club professionnel, suivant les traces de son père dans le hand-ball. A 20 ans, en seconde année d’HEC, il gagne un concours entrepreneurial en Pologne et met ses études entre parenthèses pendant un an pour le réaliser. Diplômé de la majeure HEC Entrepreneurs, il passe une dizaine d’années dans deux banques d’affaires, à Hong Kong puis à Londres.

Mais son rêve d’entreprenariat le rattrape et il crée le groupe Chenavari, une société de gestion d’actifs spécialisée dans les marchés de crédit et de financement. Aujourd’hui, Chenavari gère près de six milliards d’euros d’actifs pour des investisseurs institutionnels et contribue au financement de plus de 350 entreprises en Europe. En parallèle, il réalise aussi son rêve de détenir un club de foot: il rachète le FC Lorient en 2009, qu’il stabilise en Ligue 1, participant au développement du territoire, rendant possible l’expression de jeune talents issus de la formation et faisant souvent vibrer le stade lorientais. Investi dans la communauté des alumni, il donne des cours dans la majeure finance depuis 20 ans et a présidé pendant six ans le chapter au Royaume-Uni. Grand donateur de la Fondation, il est aussi investi dans les start-up des anciens, comme Mirakl ou Younited Credit. Et pour Loïc Féry, croire, c’est pouvoir.

Published by Flore De Borde

Articles de l'auteur