Partir à vélo, à la rencontre d’élus et d’acteurs publics de chacune des 96 préfectures de France métropolitaine, c’est le projet un peu fou que je m’apprête à réaliser. Pendant cinq mois, d’avril à septembre 2021, je sillonnerai les routes de France, sur plus de 11 132 kilomètres, soit 81 kilomètres par jour pendant 138 jours. À chaque étape, j’échangerai avec un élu ou acteur public local autour de quatre thèmes : les relations entre les collectivités territoriales et l’État ; le rebond social post-Covid ; la transition environnementale et climatique ; et l’engagement citoyen. L’idée de cette aventure m’est venue lors du premier confinement, au printemps dernier. Comme beaucoup d’entre vous, j’ai récemment compris à quel point le voyage et la liberté étaient précieux. J’avais soif de découvertes, envie d’un certain type de voyage : celui où l’on part à la rencontre des habitants, celui qui s’éloigne des sentiers battus, celui qui ne nous mène pas forcément à l’autre bout du monde, mais là où l’on peut respirer la liberté. Passionné de géographie et de cartographie depuis tout petit, je revois mon vieux professeur de CM2, qui vêtu de sa chemise blanche et de son veston en laine rouge (style inimitable de l’école de la République !) nous pointait de sa longue baguette de bois une vieille carte de France en nous faisant réciter la liste des départements. Consacrer cinq mois à explorer la France, une fraction de ses 35 000 communes, autant de sources d’histoires, de patrimoine et de traditions, quelle meilleure leçon de vie ? En septembre, j’ai donc choisi de travailler sur un mémoire de fin d’études en lien avec les territoires : Les Conséquences territoriales de la crise économique liée à la Covid-19.

L’objectif est tout d’abord de réaliser un diagnostic de la zone d’emploi des territoires les plus touchés par la crise économique (du fait notamment de leur vulnérabilité avant-crise et de leur structure sectorielle). Je compare ensuite les compétences des départements, après quarante ans de décentralisation, avec celles d’échelons comparables en Allemagne, en Italie et en Espagne. Cela me permet de dresser une première liste de propositions applicables directement ou nécessitant des aménagements dans le partage de pouvoirs entre les départements et l’État pour prendre en compte les spécificités territoriales dans la relance. C’est à partir de cette liste de propositions que je rencontrerai maires, conseiller(e)s départementaux et régionaux, préfet(e)s ou encore parlementaires. Le but est de confronter les idées de mon mémoire à la réalité du terrain, d’enrichir cette liste pour arriver à un rapport reflétant un large éventail d’opinions et de réalités territoriales. Les quatre thèmes trouvent ainsi pleinement leur sens : il est primordial de débattre au niveau local d’une relance économique et sociale qui ne soit pas uniquement décidée dans les bureaux ministériels à Paris, qui respecte les limites géophysiques de notre planète et qui associe et mobilise les citoyens. Si vous vous trouvez sur mon itinéraire, je serai ravi de vous rencontrer, de partager un repas ou une bière ! N’hésitez pas à me contacter par mail. Je vous invite également à suivre « À portée de roue » sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et LinkedIn), j’y partagerai des photos et des petits articles. Enfin, si mon projet fait sens pour vous, je cherche également à mettre en place des partenariats pour financer cette aventure ! À bientôt sur les routes de France.

Contact : bosco.dumon@hec.edu
https://www.linkedin.com/company/à-portée-de-roue-2021
https://www.facebook.com/aporteederoue
https://www.instagram.com/aporteederoue

Published by La rédaction

Articles de l'auteur