À Abu Dhabi, l’île de Saadiyat fait l’objet d’un ambitieux programme d’aménagement. Ludivine Labussière (H.09), de C2i, s’attache à y développer le retail et les expériences haut de gamme.

C2i est une filiale créée par Aldar. Quel est son rôle?
Ludivine Labussière: Son rôle est de nouer des partenariats stratégiques avec les marques, les concepts et les expériences qui feront vivre les lieux imaginés et développés par le groupe Aldar. Mon travail s’articule autour de trois axes : l’intelligence stratégique, qui étudie les dynamiques de l’industrie du luxe et du retail ; le business development, qui négocie ces partenariats ; et enfin, l’accompagnement des partenaires à travers un conseil stratégique et opérationnelle personnalisé. Notre projet phare aujourd’hui se situe sur l’île de Saadiyat. Au-delà de la création des lieux, il s’agit de donner vie à un nouveau quartier de la capitale, en attirant une offre de retail, de services et d’expériences unique mettant en avant excellence, raffinement, culture, arts, art de vivre et gastronomie.

Quel type de marques cherchez-vous à attirer?
L.L.: Notre mission est d’attirer des concepts innovants et des marques expertes afin d’offrir des expériences exceptionnelles. Dans un premier temps, nous nous concentrons sur la gastronomie et les arts culinaires en collaboration avec DCT, qui a créé un fonds afin d’inciter des chefs emblématiques à s’établir à Abu Dhabi et ainsi en faire une capitale mondiale de la gastronomie. L’école Le Cordon Bleu et le Groupe Bocuse ouvriront leurs portes en 2025 et nous sommes en pourparlers avec de grands chefs de renommée internationale. Nous étudions aussi des partenariats avec des marques de mode, de bien-être et de lifestyle, qui viendront compléter l’offre haut de gamme de Saadiyat Grove.

Quels avantages les marques ont-elles à venir s’installer à Saadiyat?
L.L.:Tout d’abord le cadre : Saadiyat Grove accueillera cinq musées iconiques, dont le Louvre Abu Dhabi et Guggenheim Abu Dhabi, et plus de 48 500 m2 de lieux de vie. Autre atout : la volonté et la vision du gouvernement. La capitale s’est engagée dans un dialogue interculturel avec la communauté internationale. Dans cette optique, des mesures incitatives soutiennent le développement d’un retail d’excellence. Nous collaborons ainsi avec des entités gouvernementales au fil de chaque projet.

Quelle place tient la France à Saadiyat?
L.L.: En matière de raffinement, de culture et d’art de vivre, la France reste une référence. Mon diplôme d’HEC a sans doute contribué à mon recrutement. Le réseau HEC reste un atout précieux. Pour l’anecdote, André Cointreau, président de l’école Le Cordon Bleu, est aussi un HEC, ce qui a facilité nos échanges et notre collaboration.

Published by