Le témoignage d’Isabelle Capron (H.79)

0

En avril 2020, HEC Stories a proposé aux alumni de partager leur expérience du confinement. Voici le témoignage envoyé par Isabelle.

J’ai toujours aimé la devise de HEC, « Apprendre à oser », et sa variante plus dynamique « The more you dare, the more you learn ». Car c’est un vrai apprentissage de vie que d’apprendre à oser être soi, défendre ses idées, faire bouger, prendre des risques, ne pas se résigner, dire non, explorer de nouveaux territoires, chercher du sens, contester les conventions, écouter son instinct, sa dignité, sa vertu, et faire taire ses rancœurs. C’est avec le temps, l’expérience, les succès et les déboires, les hauts et les bas que j’ai pris la mesure de la force de ces mots. Et il n’est jamais trop tard pour apprendre à continuer d’oser. Cela vaut dans la vie professionnelle et personnelle. C’est aujourd’hui ce que cette période nous invite à faire.Apprendre à oser utiliser ce temps qui nous est donné comme un espace pour réinitialiser le sens de nos vies, de nos actions, de nos envies, de nos efforts, de nos affects. C’est un vrai travail, auquel nous n’avons pas été préparés, nous, les entraînés à l’excellence, à l’école puis dans l’entreprise, depuis l’enfance.

Pour ma part, je suis avec cette crise au cœur d’une contradiction, car depuis sept ans, j’accompagne une marque de mode chinoise pionnière de la mode naturelle et durable. Le sens est là : pousser l’industrie du vêtement vers une production aussi esthétique qu’éthique. Mais la contradiction aussi, puisque l’épidémie vient de Chine et que le corps social me fait comprendre avec des lichés encore très vivaces combien j’ai tort de « collaborer ».Pourtant, j’ai osé, appris, je me suis enrichie de valeurs culturelles inconnues, importé des formes d’exercice nouvelles du management, fait des rencontres merveilleuses avec l’Orient, et surtout me suis affranchie d’un ethnocentrisme ravageur, car apprendre à oser, c’est apprendre à s’ouvrir au monde, accueillir la différence, se remettre en cause par elle et douter pour mieux avancer. Tous les jours, toute la vie.

Merci à mon école de m’avoir appris cela.

Bien à vous tous.