Le témoignage de Pierre Arsène (H.08)

0

En avril 2020, HEC Stories a proposé aux alumni de partager leur expérience du confinement. Voici le témoignage envoyé par Pierre.

Après être passé chercheur-visitant en biophysique à l’Université de Cambridge et avoir monté ma compagnie en biopsie liquide pour détecter précocement le cancer à travers le sang, je suis désormais dans les premières lignes pour aider sur la situation Covid-19 d’un point de vue biotechnologique.Les cellules eucaryotiques (dont les cellules humaines), incluant les cellules cancéreuses, sécrètent constamment des vésicules extracellulaires (appelés également exosomes). En détectant ces dernières dans le sang, on peut théoriquement déceler le type de cancer qui est en train de naître dans le corps de manière non invasive et globale. Les exosomes sont étonnamment similaires au virus SARS-CoV-2 en termes de taille (100 nm), de structure (enveloppe lipidique), de contenu (protéine/ARN) et de mécanisme de transport intracellulaire.

Nous avons donc une expertise et point de vue complémentaire sur la situation.Je travaille sur plusieurs projets.
– L’adaptation de notre nouvelle technologie sur le virus SARS-CoV-2 pour permettre aux virologues de mettre au point de meilleurs vaccins. Cela permettrait d’avoir une meilleure compréhension du virus, et notamment de ses mutations protéiques qui risqueraient de rendre les nouveaux vaccins moins efficaces.
– Une nouvelle thérapie à base d’exosomes sécrétés par les cellules souches pour aider les malades de coronavirus en soins intensifs et éviter un choc septique mortel ou une défaillance multi-organe terminale. Notre consortium a déjà eu des résultats prometteurs sur des souris (88 % de survie contre 40 % en contrôle). Il est possible de consulter cette étude sur le site www.mursla.com/covid19.

– Enfin, je suis également membre de la Covid-19 Rescue Team de l’Université de Cambridge, notamment pour mettre au point une application permettant de diagnostiquer la présence de Covid-19 grâce à la manière dont on tousse. Cela est basé sur un algorithme qui pourrait prédire cela en fonction des données sonores de patients malades préalablement observés. Mon expertise vient de la capacité d’utiliser des systèmes d’intelligence artificielle utilisant des données confidentielles et anonymes de patients atteints de cancer sans problème éthiques (federated learning). www.covid-19-sounds.org/en/La communauté de scientifiques et d’entrepreneurs en biotech dont je fais partie est très mobilisée pour aider à la gestion de crise actuelle et post-pandémique.