Après avoir assumé des responsabilités de direction générale des opérations aux niveaux Europe puis monde dans des groupes internationaux français et américains, j’ai accepté, en 2014, la responsabilité de premier adjoint au maire de Saint-Forget, modeste commune de moins de 500 habitants, au coeur du Parc naturel régional de la Haute-Vallée de Chevreuse. Un petit village qui, comme celui d’Astérix, se dresse aujourd’hui contre l’autorité.

L’année 2019 commençait pourtant drôlement bien, avec la célébration du 400e anniversaire de la naissance de notre Savinien de Cyrano de Bergerac national, qui a passé son enfance au lieu-dit « Sous-Forêt » du hameau des Sablons, dans notre commune de Saint-Forget. Un événement salué par M. Larcher, président du Sénat, et M. Barrot, député des Yvelines, lors de la présentation des voeux du maire, en janvier dernier. Et voici que M. le maire décide de privatiser l’un des plus anciens chemins de la commune et de la Vallée de Chevreuse, sentier assurément emprunté par notre très célèbre Savinien de Cyrano de Bergerac au XVIIe siècle, depuis le château de Mauvières jusqu’à la Grand’ Maison, rendant visite, chemin faisant, au moulin du Pré-Joly, où résidait sa soeur.

Ce projet de privatisation a fait l’objet d’une enquête publique. La forte participation et la ferme opposition des habitants de la commune, ainsi que des associations environnantes venues s’exprimer à ce sujet, ont créé la surprise. Cependant, en dépit de la mobilisation de la population, et malgré ma proposition d’inscrire ce vieux chemin au plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée pédestre des Yvelines (PDIPR), M. le maire persiste dans son projet de privatisation. J’ai donc décidé de mettre toute mon expérience professionnelle d’ancien au service de notre commune afin d’empêcher la réalisation d’un projet des plus discutables au regard de l’intérêt général.

Les anciens HEC seront-ils dans le camp des Gaulois en m’aidant dans la défense de notre patrimoine ? Ou du côté des Romains, pérennisés par l’autorité curieusement inflexible d’un césar nouveau ?

jean-pierre.polus@wanadoo.fr