Romain Girbal (M.07), CEO et cofondateur de L’ALLIANCE MINIÈRE RESPONSABLE (AMR) revient sur son parcours d’entrepreneur sur le continent africain. Votre aventure entrepreneuriale a débuté en 2012. Quel a été l’élément déclencheur ? Après un début de carrière à Londres, j’ai vite compris que je voulais entreprendre. Ayant vécu en Guinée entre 1996 et 2000, quand mon père était diplomate à l’Ambassade de France, j’ai décidé de m’installer dans ce pays qui venait d’élire pour la première fois de son histoire un président de manière démocratique. Après avoir considéré plusieurs secteurs, j’ai décidé de me lancer dans le domaine minier qui connaissait des évolutions très intéressantes. Avec mon associé, Thibault Launay, nous avons opté pour l’exploitation de bauxite, un minerai très demandé par les industries automobiles, le BTP et l’agroalimentaire. Nous avons obtenu un permis de recherche sur un « green field » (sans réserve prouvée) de 295 km2 dans la préfecture de Boké, dont le potentiel géologique est estimé aujourd’hui à plus de 200 millions de tonnes de bauxite. Si nous avons financé le projet en fonds propre avec pour but de convaincre ensuite des investisseurs, l’épidémie d’Ebola a compliqué les choses. J’ai alors pris l’initiative de contacter sur LinkedIn Arnaud Montebourg, qui avait exprimé son souhait de créer la Compagnie des mines de France. Deux semaines plus tard, nous nous sommes rencontrés et Arnaud a décidé de nous aider à titre totalement gratuit. À sa demande, nous avons fait d’AMR une holding française, et grâce à lui, nous […]

This article is for subscribers only!

Cet article est réservé aux abonnés !