À la tête d’Armor Group depuis 2004, Hubert de Boisredon est un dirigeant engagé, convaincu que l’entreprise peut transformer la société. Quand il prend les rênes du groupe industriel français, le chiffre d’affaires est de 120 millions d’euros, avec des résultats proches de zéro. Dix-huit ans plus tard, l’ETI nantaise affiche 403 millions de chiffre d’affaires et emploie 2 500 salariés. Le secret de son PDG ? Le management par la confiance.

Pour lui, la force d’une structure émerge de ses équipes ; un dirigeant ne doit pas se croire détenteur de l’identité de l’entreprise. Deuxième pilier de sa réussite, la conviction que le but de l’entreprise doit être sociétal. C’est en 1985, lors d’un séjour étudiant à New York qu’il en prend conscience. Choqué par le décalage entre les enseignements qu’il reçoit, prônant la maximisation des profits, et la pauvreté qu’il voit dans les rues, il crée à son retour avec Laurent Marbacher (H.86) l’une des premières banques de microcrédit d’Amérique Latine, Contigo. Son second choc a lieu en 2008 lorsqu’il visionne Une vérité qui dérange d’Al Gore. Il décide alors d’engager l’entreprise dans la lutte contre le réchauffement climatique. Animé par des valeurs fortes, il est convaincu qu’un leadership cohérent ne peut s’appuyer que sur des relations authentiques. C’est dans cet esprit qu’il a codeveloppé avec Louis Faure (H.17) le cabinet de coaching et de formation Eotekum qui accompagne, par le compagnonnage, des dirigeants qui souhaitent progresser dans un leadership courageux. Et il vient de monter sur ce sujet un module de cours à HEC.

 

Ce portrait est extrait du Yearbook 2022. Pour commander la version papier avec la liste des diplômés HEC, cliquez-ici.

Published by Eva Tamouro

Articles de l'auteur