Le Club des présidents d’association a été créé en 2010 par HEC Bénévolat dans le cadre de ses actions au profit du monde associatif. Il réunit autour d’un thème d’actualité des responsables d’association, HEC ou non, pour échanger et progresser dans leurs pratiques sur la question. HEC Bénévolat, avec son partenaire Tous Bénévoles, a décidé de consacrer son cycle 2019 au numérique et d’organiser deux rencontres sur ce thème. La première, qui a eu lieu le 16 mai a montré combien le sujet passionne : les deux salons de l’Association ont peiné à réunir tous les participants. Il devrait en être de même lors de la réunion du 10 octobre, où sera traitée la question des réseaux sociaux.

Passage au numérique : les critères de choix

Isabelle Persoz, présidente de Tous Bénévoles, a ouvert le cycle avec interrogation : « Internet est-il indispensable aux associations aujourd’hui ? ». La réponse est incontestablement oui, car internet fait désormais partie de la vie de chacun. Même les plus petites associations se doivent ainsi de l’utiliser. Mais en s’embarquant dans le numérique, aucune association ne doit perdre de vue son projet associatif, ni ses valeurs. En outre, elle n’a pas forcément les moyens de faire face, seule, à un univers numérique en constante évolution. Aussi se doit-elle de penser la transition et son accompagnement. Corinne Dardelet, responsable contenu, communication et communauté d’Assoconnect, précise que les contraintes de temps, de financement et de compétences pèsent aussi sur l’approche numérique des associations. Elle indique donc quelques critères de choix pertinents :

  • La facilité d’utilisation et l’ergonomie des logiciels proposés
  • Leur caractère gratuit ou peu onéreux, la possibilité de réductions, ou de test avant achat
  • L’existence de supports en ligne (hot-line, tutoriels…)
  • La disponibilité en ligne (importante pour les mises à jour, les sauvegardes, le travail en commun)
  • Le nombre d’administrateurs possibles (répartir les responsabilités permettant de diminuer les risques)
  • Les questions de sécurité pour le stockage et l’accès aux données au regard du RGPD

Sept enjeux majeurs : quels outils pour y répondre ?

Ayant rappelé ces éléments, Corinne Dardelet développe son intervention autour des enjeux que rencontrent les associations dans le numérique.

– Si être visible sur internet est un métier à part entière, les associations disposent d’outils pour travailler sur leur référencement avec Sea Hero (classement par rapport à une requête) et Moz, ou Semrush (comprendre la lecture de son site par les robots de Google). Google My Business, gratuit, permet de créer facilement une fiche d’identité, retrouvable ensuite sur Google Maps. Google AdWords, outil de référencement normalement payant, offre, lui, 10 000 dollars US gratuits par mois aux associations à but social sur Google Ad Grants.

– (Re)créer son internet pour avoir un site moderne et accessible est permis par certains outils de CMS (« Contains Management System ») qui permettent d’être autonomes pour la création de pages, avec plus ou moins de facilité dans la prise en main et l’administration (WordPress, Joomla!, Wix, Stirkingdly).

– Améliorer son identité visuelle et la conception de son site est facilité par les banques d’images gratuites et libres de droit (Pixabay, Unsplash, Bigstock, DesignersPics.com, Pexels) ou d’icônes pour alléger et donner un aspect graphique à sa présentation (Flaticon, Noun Project).

– Travailler collectivement est rendu possible grâce à des outils collaboratifs destinés à partager des documents (Dropbox, GoogleDrive, WeTransfer), coordonner des actions (Trello, Wrike pour la gestion de projets) ou communiquer en interne (Slack, PickAsso).

– Communiquer efficacement et faire des sondages est un autre enjeu. MailChimp, Sendinblue, Mailjet offrent l’opportunité de courriels en nombre avec des possibilités de gratuité, une personnalisation et un évitement des « spammers ». GoogleForms et Typeform permettent de réaliser des sondages plus ou moins complets ou simples d’utilisation.

– Tenir la comptabilité est facilité grâce à B-Association, le plus ancien, Basi Compta, en ligne et demandant des connaissances ; Ciel !, un outil ultra-complet mais cher ; ou Kananas, plus adapté aux petites structures.

– Collecter des dons et adhésions est le domaine d’HelloAsso, gratuit pour l’utilisateur, offrant une large palette de services et leader du financement participatif, mais aussi de E-Cotiz, paramétrable mais avec des coûts de transaction.

En conclusion de ce panorama, Corinne Dardelet ne peut que rappeler qu’Assoconnect propose sur son site des utilitaires dans presque tous ces domaines. La suite de cette présentation, très interactive, permet à nombre de participants de demander des précisions ou de partager leur expérience, sachant que beaucoup découvrent des outils et que d’autres, plus expérimentés, interrogent sur des spécificités ou des coûts. La sécurité des données préoccupe également vivement. Gageons que le 10 octobre prochain, la présentation sur les réseaux sociaux, toujours à l’Association, suscitera autant de curiosité et de discussions.