Vous êtes actuellement PDG de GTT. Qu’est-ce que cela implique pour vous en termes de responsabilités ?

Avec plus de 55 années d’expérience, la société a su renforcer son positionnement de référence sur le marché des méthaniers pour le transport du GNL. À la tête de l’entreprise depuis dix ans, mon rôle est de consolider ce leadership et ce positionnement. Mes missions et mon périmètre d’action couvrent divers axes stratégiques tels que : • L’élaboration et la définition de la stratégie de la société afin de garantir le bon fonctionnement et développement de celle-ci ; • La mise en place d’un mode de fonctionnement opérationnel ; • Le management des équipes de direction et le suivi des processus ; • La représentation de la société vis-àvis des parties prenantes extérieures, notamment les investisseurs et les actionnaires.

À travers votre activité dans le domaine du Gaz Naturel Liquéfié, les problématiques liées à la transition et au mix énergétique sont au coeur de vos préoccupations. Comment cela se traduit-il ?

Le gaz occupe actuellement une place importante dans le mix énergétique aux côtés des énergies vertes et renouvelables (éoliennes, solaires…). En effet, le gaz permet de pallier l’intermittence qui caractérise les énergies renouvelables. Dans ce cadre, GTT se focalise sur le développement de nouvelles solutions, très fiables, pertinentes et compétitives. En effet, à travers ces solutions, nous contribuons à crédibiliser toute l’économie du GNL ! Concrètement pour transporter du GNL, il faut pouvoir contenir un liquide dangereux à une très basse température tout en garantissant une étanchéité parfaite. Nous répondons à cette problématique depuis 50 ans, l’enjeu est aujourd’hui de développer des technologies pour de nouvelles utilisations du GNL, par exemple comme carburant pour les navires. Pour ce faire, nous misons sur l’innovation qui nous permet de concevoir et de développer ces nouvelles technologies. D’ailleurs, nous investissons plus de 30 % de notre budget en R&D. GTT a un positionnement assez original, car en plus de développer des technologies propriétaires innovantes, nous sommes aussi une société d’ingénierie qui va accompagner le chantier naval dans la phase de construction à travers un suivi de celle-ci et des plans détaillés que nous leur fournissons. Enfin, nous sommes aussi une société de services qui va apporter son aide aux armateurs et opérateurs de navires dès le début de leurs projets de navires puis tout au long des opérations pour en optimiser l’exploitation. C’est le socle de notre positionnement et de notre reconnaissance dans cette industrie. D’ailleurs, en 2018, nous avons reçu des commandes pour une cinquantaine de bateaux, ce qui représente 12 % de la flotte mondiale existante de méthaniers.

En chiffres :
• Environ 340 collaborateurs
• Un chiffre d’affaires de 246 millions d’euros en 2018
• 30 % des budgets alloués à la recherche et à l’innovation
• 75 % des méthaniers en opération utilisent des technologies GTT
• 100 % des navires regazéificateurs utilisent des technologies GTT
• Un taux de marge nette supérieur à 50 % ; • 50 % de femmes au Comex (hors PDG).

Comment cela se traduit-il en termes de solutions ?

Nous cherchons à apporter des systèmes toujours plus compétitifs techniquement et économiquement. Concrètement, nos solutions, de par leur performance, permettent de réduire l’évaporation dans les cuves au strict besoin de la propulsion des navires et donc de préserver la cargaison au cours du voyage. Nos technologies peuvent être déclinées sur des bateaux spécifiques, comme les bateaux regazéificateurs, qui permettent de se passer d’un terminal à terre, en injectant directement le gaz dans le réseau, ou encore sous la forme de plateforme d’extraction, de liquéfaction et de stockage du gaz. Ce sont les plus gros objets flottants construits par l’homme dont le coût peut dépasser les 10 milliards de dollars.

Quels sont vos perspectives de développement et les sujets qui vous mobilisent actuellement ?

Nous cherchons à maintenir et à consolider notre position d’acteur de référence sur le marché des méthaniers. Cela passe essentiellement par une veille technologique et par l’apport de solutions novatrices. Actuellement, nous portons une attention toute particulière au développement du GNL comme carburant. Il s’agit d’un nouveau marché sur lequel nous souhaitons nous positionner et contribuer au développement de la propulsion des bateaux avec du GNL. En parallèle, à l’ère du digital, nous sommes en train de proposer des solutions logicielles intelligentes aux armateurs pour s’inscrire dans tout ce qui a trait au « Smart Shipping » : un véritable vecteur de différenciation dans le monde du transport maritime. Nous souhaitons accompagner davantage les différents acteurs du marché afin qu’ils puissent gagner en compétitivité et en performance.

Que retenez-vous de votre passage à HEC ? Quels sont les acquis sur lesquels vous capitalisez encore dans le cadre de vos fonctions de Président-Directeur Général ?

D’HEC, je garde énormément de très bons souvenirs ! Les acquis sur lesquels je capitalise, les cours de marketing de Jean-Noël Kapferer, et aussi les cours de stratégie de Bernard Ramanantsoa qui m’ont énormément marqué et dont je me souviens très précisément.

Quelles perspectives de carrière un domaine comme le vôtre peut-il apporter à des diplômés de l’école ?

Nous employons beaucoup d’ingénieurs pour développer nos technologies, et nous sommes partout dans le monde ; nos métiers sont aussi des métiers de conquérants, de guerriers, et dans notre activité commerciale, les talents et l’envie des HEC peuvent s’exprimer pleinement.

Philippe Berterottière (H.82) a d’abord été négociateur de contrats puis Directeur du Développement des Affaires chez Airbus, avant de rejoindre Matra, en tant que Directeur des Ventes au sein de la division défense. Il intègre ensuite Arianespace où il a occupé différentes fonctions commerciales avant de devenir Directeur Commercial et membre du Comité Exécutif. En 2009, il rejoint GTT, dont il est aujourd’hui le Président-Directeur Général.

GAZTRANSPORT & TECHNIGAZ (GTT) est une société française spécialisée dans la conception et le développement technologique dans le secteur du Gaz Naturel Liquéfié (GNL). La R&D, qui est au coeur de l’activité de GTT, permet à la société de renforcer son leadership sur le marché, et également de se positionner sur de nouveaux marchés tels que l’utilisation du GNL comme carburant marin.

Par La rédaction

Articles de l'auteur