Pour briller sur LinkedIn autant que Katy Perry sur Twitter, il n’y a pas de recette miracle. Mais l’influenceur et expert Cyril Bladier donne quelques astuces pour sortir du lot et renforcer son impact sur ce réseau social lancé en 2003 (et racheté par Microsoft en 2016), qui compte 600 millions d’inscrits dans le monde.

Fixez-vous un but

Soyons honnêtes : certains rêvent de devenir influenceurs pour des questions d’ego. Mais être influenceur, c’est avant tout savoir faire réagir les autres, pour soi ou pour une marque. Ce n’est pas qu’une question de nombre de « likes », car les pouces bleus n’ont jamais fait vivre une entreprise. C’est avoir in fine un impact économique, arriver à quelque chose de concret. Cela permet aussi, selon les cas, d’écourter sa transition de carrière, de se faire repérer en interne quand on travaille dans une grande structure, ou encore d’être remarqué par des médias.

Spécialisez-vous

Mon premier conseil : ne soyez pas généraliste, car l’influence s’exerce sur un sujet précis, et ce choix doit apparaître dès la personnalisation de votre profil. Se présenter comme « coach » est trop vague, mais « coach de dirigeants de PME familiales », par exemple, cela a du sens. En bref, quand on parle à tout le monde, on ne parle à personne, et un spécialiste inspire plus confiance. Optez aussi pour une photo, plutôt que pour un logo.

Produisez des textes et vidéos

Pour vous faire repérer sur le réseau, produisez et publiez régulièrement des textes, images et vidéos (format qui engage et correspond à l’air du temps). Et au moment d’analyser votre impact, ne vous leurrez pas : un post de 6 000 vues, c’est environ 200 lecteurs. À titre d’exemple, l’un de mes posts a totalisé 200 000 vues mais ne m’a rien rapporté, pas même une demande de contact, alors qu’un de mes articles à 200 lecteurs a débouché sur un contrat.

Soignez le fond et la forme

Chaque fois, demandez-vous si votre contenu va apprendre quelque chose aux gens, saura les faire réfléchir ou même les divertir. S’il ne coche aucune de ces cases, abstenez-vous. Et pour capter l’audience, testez différentes choses. Par exemple, un titre qui pose une question, avance un chiffre, explique comment faire plus… ou moins. Sur les vidéos, les sous-titres sont incontournables, car la plupart des gens les regardent sans le son (1). Attention aux outils de sous-titrage automatique, qui traduisent parfois en phonétique, avec beaucoup (trop) de fautes.

Consacrez-y du temps

Si vous avez le temps, répondez aux commentaires ou au moins aux commentaires sur le fond. Acceptez que pour élargir un réseau LinkedIn, tout ce qui est fait naturellement et sans artifice – et donc avec un maximum de pertinence – demande du temps. Un moyen simple et « propre » pour gagner des abonnés ? Synchronisez LinkedIn avec votre boîte mail. Mais attention, plus qu’un carnet d’adresses, LinkedIn est un outil pour rencontrer de nouvelles personnes.

1. 80 % des vidéos sur LinkedIn seraient visionnées sans le son, et les vidéos conçues pour un visionnage sans le son auraient 70 % de chances supplémentaires d’être regardées jusqu’au bout.

Cyril Bladier (MBA.08)
Directeur associé de Business-on-Line, cabinet de conseil en stratégie digitale, ce pionnier de LinkedIn a été l’un des premiers en France à s’intéresser à ce réseau social… Digital evangelist et conférencier, il partage volontiers ses bonnes pratiques sur son blog : https://business-on-line.fr/blog.