Sauf mauvaise foi notoire, déséquilibre psychologique de l’une des parties ou différend qui relève d’un avis d’expert, la médiation est une solution bien plus efficace qu’un procès en justice, comme l’explique Philippe Taranto. Selon ce médiateur, les avantages d’une résolution à l’amiable sont autant humains qu’économiques.

Limitez les frais

Une procédure judiciaire peut engager des frais conséquents. La médiation est beaucoup moins coûteuse : quelques milliers d’euros, quelle que soit la complexité du dossier. Et sur le fond, l’issue d’une médiation est moins aléatoire que celle d’un procès : une fois que les parties sont tombées d’accord sur le principe du recours à un médiateur, le taux de succès est de 70 à 80 %.

Gagnez du temps

Le traitement d’une affaire par un tribunal peut durer très longtemps. La démarche de médiation est plus rapide, puisqu’elle ne prend en général que quelques dizaines d’heures, réparties sur trois mois – en cas de médiation judiciaire, la limite est fixée à six mois (soit trois mois renouvelables une fois).

Optez pour une solution concertée

La médiation repose sur une éthique de la responsabilité. Tandis que le juge statue en droit et impose une décision de manière verticale, subie par au moins l’une des parties, le médiateur crée les conditions d’une décision concertée. Le médiateur, comme le juge, est impartial mais s’il estime que l’accord pourrait être plus équitable, il peut inciter les parties à prendre le temps de la réflexion et à consulter leurs conseils.

Mettez-vous à la place de l’autre

Quand un procès fabrique des ennemis irréconciliables, la médiation évite de briser une relation d’affaires. Car c’est cela, le business, après tout : une suite de désaccords plus ou moins graves qu’il faut apprendre à gérer pour continuer de travailler ensemble. Et parfois, le médiateur voit même les gens repartir bons amis ! Je me souviens d’un cas : un actionnaire majoritaire et un manager minoritaire étaient en désaccord sur les termes du départ du manager. Ce dernier estimait avoir énormément donné, du matin au soir, pendant des années, et donc mériter un intéressement supérieur à ce qui avait été initialement convenu. En recourant à un médiateur, chacun a compris les vues de l’autre. L’actionnaire majoritaire, qui s’était senti trahi, a pu se mettre à la place du manager et une solution jugée équitable par les deux parties a pu être trouvée. Avec la médiation, le gain humain est immense.

Réglez vos conflits de manière confidentielle

Le médiateur sait bien qu’en cas de conflit, chacun arrive avec sa vision des choses, persuadé d’avoir raison et peu enclin à réellement écouter l’autre. Mais grâce à diverses techniques, il instaure un climat dans lequel chacun pourra s’exprimer au plan émotionnel et rationnel, puis accéder à une vision à 360 degrés du conflit. Ce n’est que comme ça que l’accord pourra correspondre aux valeurs des deux parties. Autre avantage : passer par un médiateur évite d’étaler un différend sur la place publique, de créer un précédent ou d’entacher sa réputation. Même le contenu d’une médiation qui a échoué reste confidentiel : rien de ce qui s’y dit ne peut être utilisé en justice.

Philippe Taranto (H.84)
Après avoir été investisseur en private equity durant trente ans (chez PAI Partners, puis Nixen Partners), il s’est reconverti en médiateur. Il exerce désormais cette activité au service de la Médiation des entreprises (structure rattachée au ministère de l’Économie et des Finances) du Tribunal d’instance de Paris.

Avec un format inédit pour un magazine d’alumni, HEC Stories se donne pour ambition de mettre en lumière une communauté de diplômés diverse et internationale. Véritable porte-voix des HEC qui cherchent à avoir un impact positif sur le monde, ce magazine permet également à tous de conserver facilement un lien avec l’école et ses camarades : soutenez le magazine de votre école, abonnez-vous à partir de 40 euros par an.