Vraiment il y a de tout chez les HEC, en Belgique comme ailleurs ! Habitant Bruxelles depuis de très nombreuses années, j’ai eu l’honneur de présider le « chapter belge », qui ne s’appelait pas comme ça à l’époque.

Et c’est à cette occasion que j’ai pu rencontrer un nombre incroyable de personnalités diverses et originales. Parmi celles-ci j’ai découvert Claude Meyer (H.65) qui m’a vraiment impressionné.

Claude a fait une brillante carrière chez Procter & Gamble : il termine président Europe « détergents et produits d’entretien », basé à Bruxelles, après avoir été le premier PDG français de la filiale française.

Claude a un fils Christian, aujourd’hui largement adulte, et malheureusement autiste. Il comprend qu’il n’y a pas de place pour lui en France. Lui et Muriel décident rester vivre en Belgique, car c’est dans ce pays qu’ils pensent que Christian sera le mieux soigné et le plus heureux.

Et en bon professionnel, il décide de vivre une vraie deuxième vie à la retraite, consacrée à aider des personnes atteintes d’un handicap mental, belges comme françaises, à intégrer une maison de soins de qualité (pour les raisons exposées précédemment, près de 8 000 Français souffrant de handicap mental sont accueillis en Belgique faute de place dans les établissements spécialisés de l’Hexagone !).

Ces personnes sont comme les autres. Elles ne veulent ou ne peuvent pas vivre chez leurs parents et, pour trouver le bonheur, elles doivent pouvoir intégrer une maison où la priorité est la personne handicapée mentale. C’est la force de la Belgique qui privilégie la personne handicapée vis-à-vis de la direction, des éducateurs, et même des parents, qui veulent bien sûr faire pour le mieux mais en oubliant parfois que la personne avec un handicap n’est pas forcément d’accord avec leur façon de voir les choses.

Bien sûr, ces maisons ont également pour but de rassurer les parents. Car lorsque ceux-ci disparaissent, ces maisons sont incontournables. Il est en effet quasiment impossible à une personne de la famille de s’occuper d’une personne autiste même membre de sa propre famille, si elle ne connaît pas tous ses rituels par cœur

Mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, il manque également beaucoup de places en Belgique, et tout aussi paradoxalement, ce sont les Belges qui en souffrent le plus, car la France paye cher pour pouvoir exporter son problème de manque de places !

Claude a donc décidé de consacrer une grande partie de sa vie à la construction de ces maisons, en partenariat avec d’autres associations qui n’ont ni l’expertise ni les connaissances administratives et politiques pour mener ces projets. Son équipe très réduite  (deux personnes et lui) parvient à construire des maisons en quatre à cinq ans, alors que les délais moyens avoisinent les dix ans. Et ils vont toujours au bout de leur projet.

Même les ministres belges nouvellement nommés l’appellent parfois pour savoir « comment ça marche vraiment » ! Confidence recueillie lors de la cérémonie de remise à Claude de l’ordre de Léopold qui précédait de peu la remise de la Légion d’honneur.

L’association que Claude a créée, Constellations, a déjà bâti et ouvert six maisons qui fonctionnent parfaitement. Trois maisons supplémentaires vont ouvrir avant la fin de l’année 2021 et trois autres sont en cours de développement.

En quelques années, l’association de Claude est devenue et de loin la première association à but non lucratif en Belgique pour les personnes handicapées mentales par le nombre de places ouvertes et le nombre d’emplois créés. Il faut noter aussi que lorsque son programme actuel sera terminé, plus de 15 % des places existantes à Bruxelles auront été construites par Constellations.

La Belgique paye les frais de fonctionnement une fois la maison construite, par contre elle ne participe qu’à 50 % des frais de la construction Constellation, donc Claude doit trouver chaque année plusieurs centaines de milliers d’euros.

Constellations bénéficie de la déductibilité fiscale aussi bien en Belgique sur des revenus belges, qu’en France, notamment au titre de l’IFI via la fondation familiale Anber des époux Leclerc.

Je soutiens l’association depuis des années. J’ai pensé que par solidarité, certains d’entre nous souhaiteraient soutenir son activité en faisant une donation déductible. La somme n’est pas importante : ce qui compte, c’est le soutien.

Pour faire une donation, il suffit de se rendre sur le site web de Constellations www.constellations-asbl.org et de cliquer sur l’onglet « Soutenez-nous ».

Je termine en vous disant que Claude est un type formidable qui associe les qualités que nous retrouvons chez beaucoup de nos jeunes camarades : une vraie et légitime volonté de réussite professionnelle, mais associée à une activité ou à une entreprise qui donne du sens à cette réussite. Du haut de ses 80 ans, Claude montre qu’il a compris cela depuis longtemps.

N’hésitez pas à le contacter personnellement.

Claude Laurent Meyer
Drève de la Louve, 1
1170 Boitsfort, Belgique
claudel.meyer@gmail.com

Published by La rédaction

Articles de l'auteur