Le 17 avril dernier, le Club Finance d’entreprise organisait une conférence sur le thème « Environnement incertain et mutation digitale : quelles méthodes pour un pilotage de l’entreprise agile et efficace aujourd’hui ? », avec Frédéric Doche, Décision Performance Conseil et président du groupe contrôle de gestion DFCG ; Aymeric Simon, directeur ventes finance & risk management de SAP France ; Jean-Pierre Godbillon, auteur d’une thèse sur l’innovation dans le management de la performance ; Régis Massuyeau, SVP finance & controlling Danone. Le débat était animé par Christian Brandenberger et Christine Dejean, du bureau HECFE. L’environnement actuel est « VUCA » : ont fleuri récemment les thèmes « Zero Base Budgeting », « Beyond Budgeting », « Rolling Forecast », le tout sur fond de digitalisation accélérée.Point sur l’évolution des méthodes (Frédéric Doche, dernière enquête annuelle de l’Observatoire du contrôle de gestion DFCG) : le contrôleur de gestion consacre désormais moins de temps à élaborer plans et budgets, mais encore trop, rapporté à la valeur ajoutée produite. Parallèlement, le temps consacré à la modernisation des systèmes augmente. Côté méthodes, forte percée de la pratique du « Rolling Forecast ».Coté « Beyond Budgeting », Rhodia (Solvay) avait été, en 1999, la première entreprise française à adopter cette méthode (Aymeric Simon). Mais finalement, la pratique du budget annuel fut reprise en 2010, à la demande des Business Units. En revanche, chez Statoil (en Norvège), l’implantation s’est faite sans heurts ; la clef : un environnement managérial adapté. Plus récemment, à la mi-2016, Danone a abandonné le budget annuel pour favoriser l’agilité, le dialogue entre Business Units et le long terme (RM). Le reporting périodique est cependant maintenu. Le tout s’insère dans un plan à horizon 2030, avec étapes intercalaires en 2020 et 2025. À suivre. Digitalisation : les données financières ne suffisant plus à qualifier la performance, le financier doit accéder aux données opérationnelles (Frédéric Doche). L’intelligence artificielle est « en marche », et les approches prédictives de plus en plus plébiscitées.Deux idées fortes se dégagent.La réalité de la mise en place est loin d’être simple (Jean-Pierre Godbillon) : une analyse préalable fine des processus est nécessaire, avant de les repenser. Ainsi, chez Danone, une équipe méthodes vise à uniformiser les pratiques et définitions intra-groupe. Un nettoyage systématique des bases de données est également un prérequis. Ensuite, éviter de vouloir aborder en même temps tous les chantiers de digitalisation : commencer par quelques cas précis générateurs de valeur (Frédéric Doche). Chez Danone, RM reconnaît que la digitalisation a commencé, mais qu’aucun des chantiers entrepris n’est encore achevé.L’avenir du métier ? Devenir un « manager de la performance » (Frédéric Doche). D’où l’importance croissante des compétences comportementales et de la capacité à gérer le changement.C’est un vrai processus d’innovation managériale qu’il faut mettre en œuvre avec le soutien de la direction générale (Jean-Pierre Godbillon), car il s’agit de s’adresser aux différents acteurs de l’entreprise d’une nouvelle manière, adopter un langage nouveau, développer des équipes transversales et des centres d’expertise.Une connexion étroite avec les systèmes d’information est nécessaire (Aymeric Simon). Chez SAP, un centre d’expertise d’élaboration de rapports est accessible à tous : alignement des pratiques par l’exemplarité.Coté compétences, en France, ce sont les compétences techniques qui sont encore recherchées prioritairement ; ailleurs, chez Google, par exemple, on s’attache à la capacité à « faire parler » les données (programmation), à la vision marketing, voire stratégique.Un choc de générations au sein de la profession ? Cela dépendra de la capacité du directeur du contrôle de gestion à faire travailler ensemble les différentes générations (Frédéric Doche), à faire la publicité de ce qui réussit et permet de susciter l’envie (Régis Massuyeau), le tout avec beaucoup d’accompagnement managérial. Compte-rendu complet disponible sur la page Médias du Club Finance d’Entreprise.

Jack Aschehoug (H.72)

Avec un format inédit pour un magazine d’alumni, HEC Stories se donne pour ambition de mettre en lumière une communauté de diplômés diverse et internationale. Véritable porte-voix des HEC qui cherchent à avoir un impact positif sur le monde, ce magazine permet également à tous de conserver facilement un lien avec l’école et ses camarades : soutenez le magazine de votre école, abonnez-vous à partir de 40 euros par an.