Comment l’industrie du parfum s’est-elle adaptée au contexte sanitaire ?

C’est un leader méconnu du grand public : Givaudan est le leader mondial des arômes et parfums. Sa division de parfumerie fine crée les fragrances des parfums de marques haut de gamme du monde entier. Xavier Renard, qui pilote cette activité, dévoile les enjeux et les coulisses d’un métier pas comme les autres.

Quelles modifications la crise sanitaire a-t-elle provoquées dans l’industrie du parfum ?

Nous avons identifié plusieurs changements, directement liés ou accélérés par la crise sanitaire. Tout d’abord, la proportion croissante de ventes réalisées en ligne. Cela impacte la création de parfums car, contrairement à ce qu’il se passe en magasin où l’on est extrêmement « saturé » de fragrances, la décision du consommateur s’appuie sur une expérience différente, chez soi, à partir d’un échantillon, et dans un environnement moins parfumé. Peut-être allons-nous devoir réduire l’impact initial des parfums, sur lequel on travaillait beaucoup ces dernières années pour émerger au moment de l’achat en magasin. Une autre évolution, déjà présente avant la crise, est l’importance de la Chine comme relais de croissance pour nos clients. Nous devons intégrer dans nos développements la compréhension du marché chinois, sans pour autant négliger les attentes des consommateurs européens, nord-américains, etc. Cela ajoute un niveau de complexité pour nos parfumeurs. Enfin, le Covid a généré un fort intérêt pour les parfums d’ambiance pour la maison, un segment dominé par les bougies. Cette catégorie est en forte croissance chez Givaudan : + 10 % en 2020 et + 25 % au premier trimestre 2021. Cette tendance devrait s’inscrire dans le temps et nous conduire à développer notre expertise dans ce domaine.

Vous travaillez pour de grandes marques de parfums. Comment s’organise cette collaboration ?

Certaines marques, comme Chanel ou Hermès, ont leurs parfumeurs « maison ». D’autres font appel à des maisons spécialisées, dont Givaudan fait partie, qui maîtrisent la complexité de ce métier, depuis l’achat des matières premières jusqu’au respect de la égislation, en passant par la stabilité des formulations. Certains de ces clients disposent de plusieurs marques et nous demandent de développer des paniers de fragrances dans lesquels elles vont puiser, en les adaptant quand l’une de leurs marques décide de lancer un nouveau parfum. D’autres vont préférer un développement spécifique et lancent un appel d’offres qui peut durer un an ou deux. Nous sommes alors en concurrence et celui qui arrive en deuxième position n’est pas rémunéré…

Le secteur du luxe est aujourd’hui engagé dans une démarche durable. Givaudan privilégie-t-il les ingrédients naturels dans ses parfums ?

Même si nos parfums sont sans risque pour les consommateurs, puisque soumis à une législation très stricte, nous souhaitons qu’ils deviennent plus durables. Cela passe par plusieurs programmes. Le premier concerne les ingrédients. Ainsi, nous utilisons des essences de pêche 100 % naturelles obtenues grâce à la récupération de purée de fruits de l’industrie des jus. Nous recourons aussi à la biotechnologie : nous synthétisons désormais l’Ambrofix, un ingrédient odorant, grâce à un processus de fermentation de canne à sucre. Enfin, nous pourrions envisager de faire évoluer nos formulations vers une moindre concentration de parfum, sans diminuer l’impact des fragrances.

Quelles sont vos perspectives de croissance aujourd’hui, après le choc causé par la crise sanitaire ?

Entre 2015 et 2019, notre croissance annuelle a été de 7 %, soit deux fois plus que le marché. En 2020, nous avons connu un recul de 6,6 %. Notre croissance moyenne sur les cinq dernières années s’établit à 4,5 % par an. Nous avons donc bien résisté ! De nombreux lancements de parfums ayant été reportés à 2022 ou 2023, nous envisageons de conserver ce rythme de croissance durant les cinq prochaines années. La créativité de nos 42 parfumeurs, associée aux outils de l’intelligence artificielle, permettra d’accélérer et d’amplifier notre capacité de développement de nouvelles fragrances.

Xavier Renard, Global Head of Fine Fragrances Givaudan

Parfumeur de métier, il est depuis février dernier en charge de l’activité Fine Fragrance dans le monde, de la création aux ventes, en passant par le développement. Il était auparavant responsable de l’activité pour l’Europe. Avant de rejoindre Givaudan en 2017, il a été vice-président de la stratégie et du développement de la parfumerie fine et hygiène beauté chez International Flavors & Fragrances (IFF).

Givaudan

Le groupe suisse Givaudan est le numéro un mondial des arômes et parfums. Son activité comprend la parfumerie fonctionnelle (produits d’hygiène, lessive, etc.) et la parfumerie fine. Parmi les parfums célèbres créés par ses parfumeurs, on peut citer Idole de Lancôme, Hugo de Hugo Boss, J’adore de Dior ou encore Armani Code, de Giorgio Armani.

Xavier Renard,
Global Head of Fine Fragrances Givaudan
Givaudan
Par Givaudan