Le matin du 6 octobre 2018, cent ans après la mort en combat aérien du plus célèbre de nos anciens, par une belle météo, nous étions près d’une centaine sur l’aérodrome de La Ferté-Alais à l’initiative du Cercle Aérien HEC Roland Garros, (une perturbation arrivant de l’ouest eut la bonne idée de ralentir sa progression et de nous laisser un après-midi ensoleillé).

La Ferté-Alais c’est le plus grand musée français d’aviation historique (de l’origine à nos jours) dont tous les appareils présentés sont en état de vol. Créé par Jean-Baptiste Salis (1896- 1967), il est perpétré et développé par sa famille. Son fils Jean Salis a guidé et commenté notre visite du « Musée Volant ». Après un chaleureux déjeuner au restaurant « L’Amicale » situé au bord de la piste, son petit-fils Edmond Salis aux commandes d’un Piper PA.18 nous a amusés en nous épatant avec son numéro de voltige aérienne mimant ce qu’il adviendrait à qui s’emparerait d’un avion sans savoir piloter.

Ensuite ce fut une simulation de combat aérien de la Grande Guerre entre un SE.5 (britannique) et un Albatros (allemand). Jack Krine, ancien pilote de chasse, figure connue des meetings aériens, invité par notre camarade Bernard Ruff (E.74 – ancien commandant de l’escadrille SPA 26 dite « Cigogne de Saint-Galmier ») nous a gratifiés d’une impressionnante démonstration de voltige aérienne. D’autres encore nous ont maintenus, la tête en l’air et les yeux ébahis pendant de longues minutes.

À la fin de cette très belle journée, tous les participants enchantés avaient l’impression d’avoir assisté à un véritable meeting privé. Ils garderont un grand souvenir de l’aérodrome de Cerny-La Ferté-Alais et y reviendront certainement pour revoir le Musée Volant et le faire découvrir à des amis. Il nous reste à espérer que tous les pilotes HEC, et ceux qui souhaitent le devenir, rejoindront le Cercle Aérien HEC – Roland Garros pour participer aux activités aéronautiques régulièrement organisées.

Avec un format inédit pour un magazine d’alumni, HEC Stories se donne pour ambition de mettre en lumière une communauté de diplômés diverse et internationale. Véritable porte-voix des HEC qui cherchent à avoir un impact positif sur le monde, ce magazine permet également à tous de conserver facilement un lien avec l’école et ses camarades : soutenez le magazine de votre école, abonnez-vous à partir de 40 euros par an.