Le monde de la gestion patrimoniale a énormément évolué au cours des vingt dernières années et va poursuivre sa mue au cours des années à venir. Le point avec Gilles Dard (MBA.95), responsable de la banque privée pour la France de CRÉDIT SUISSE.

Dans ce monde en mouvement perpétuel, quelles sont les principales évolutions qu’a connues votre secteur ?

Elles ont été considérables ! J’ai rejoint le secteur bancaire à ma sortie d’HEC. Au cours de ces vingt dernières années, j’ai pu assister à de nombreuses crises, notamment celle de la bulle Internet en 2000, la crise des subprimes en 2008 et, actuellement, les challenges qui s’attachent aux taux négatifs. Ces évolutions ont énormément éduqué l’investisseur final en lui faisant prendre conscience de la nécessité de s’impliquer et d’être conseillé pour pouvoir prendre les bonnes décisions sur un horizon de long terme.Par ailleurs, ces quinze dernières années, il y a eu une très forte création de richesse dans le monde qui fait que les grands investisseurs privés se comportent désormais comme des investisseurs institutionnels.Aujourd’hui, nos clients sont amenés à se demander comment allouer leurs actifs sur les bonnes opportunités des dix prochaines années. C’est dans ce cadre que Crédit Suisse est particulièrement bien équipé pour conseiller des grands investisseurs et des clients institutionnels.

Et comment les accompagnez-vous dans ce cadre ?

Tout d’abord, nous accompagnons les entrepreneurs et les chefs d’entreprise qui souhaitent se développer à l’international. Pour cela, nous travaillons étroitement avec notre banque d’investissement. Certains entrepreneurs qui décident de vendre leur entreprise pour s’inscrire dans un projet encore plus large se tournent vers nous afin de maximiser la valeur de leur entreprise et de trouver le partenaire qui accompagnera leur croissance ou financement.Nous sommes également un grand gestionnaire de fortune, notamment en investissement pour nos clients en private equity, immobilier, infrastructures, et également sur de grandes thématiques qui vont à notre avis fortement déterminer les marchés dans les années à venir – dans les technologies médicales, la prise en charge des aînés notamment, ou dans les technologies éducatives, par exemple. Ainsi, nous offrons à nos clients la possibilité d’investir au-delà de l’année 2020 et d’être positionnés sur les dix prochaines années sur des secteurs qui nous semblent prometteurs sur le long terme.

Et les acquis de la formation HEC ?

C’est à l’École que j’ai pu acquérir les bases pour pouvoir à la fois observer, analyser et décider. HEC est une école internationale qui apporte une ouverture d’esprit et cultive la curiosité d’apprendre. Je suis sorti de l’École avec une grille de décision et une grille de compréhension du monde qui me servent aujourd’hui au quotidien.

Gilles Dard (MBA.95) a rejoint Merrill Lynch à sa sortie de l’École en 1995, jusqu’à en devenir Président de l’Europe continentale. Avant cela, il a également travaillé dans le conseil en management et dans le capital-risque et le Private equity. Gilles Dard arrive chez Crédit Suisse en 2015.

CRÉDIT SUISSE : Fondé en 1856, Crédit Suisse estaujourd’hui un leader mondial de lagestion de fortune possédant par ailleurs de très solides positions en investment banking. Sa structure est axée sur des divisions commerciales régionales spécifiques et sa stratégie s’appuie sur ses principaux atouts.

Published by La rédaction

Articles de l'auteur