Apprendre à aider

Invité d’HEC Débats sur le campus, François Hollande (H.75) a accordé un entretien exclusif aux journalistes d’HEC Paris et de l’association KIP.

Après avoir quitté l’Élysée, vous avez créé la fondation La France s’engage, pour aider des associations et start-up innovantes. Pourquoi cette nouvelle vie ?

François Hollande : On ne peut pas rester président toute sa vie. À un moment donné, il faut imaginer une vie qui peut être utile aux autres et qui n’est pas nécessairement l’exercice du pouvoir. J’ai donc monté cette fondation. Grâce à la contribution des entreprises (BNP, La Poste, Total et d’autres), nous finançons des innovations sociales. À chacun de nos appels à projets, nous recevons à peu près 500 candidatures, pour en retenir une quinzaine

Vous vous définissez comme un entrepreneur social : est-ce un moyen de servir l’intérêt général ?

François Hollande : En politique, on est déjà un peu entrepreneur : on gère une entreprise d’intérêt général, qui rend des services, qui a une utilité sociale, mais qui doit aussi répondre à des critères de bonne gestion. Aujourd’hui, j’essaye d’aider les personnes qui portent un projet à vocation sociale à aller jusqu’au bout, et à changer des vies.

Dans Répondre à la crise démocratique, vous demandez un vaste effort de cohésion et de solidarité pour lutter contre les inégalités. Quel devrait être le rôle des étudiants des grandes écoles comme HEC ?

François Hollande : Il ne s’agit pas de culpabiliser les étudiants. Je ne crois pas à une oligarchie qui protégerait jalousement ses privilèges. Mais je pense que les jeunes des grandes écoles ont une dette à l’égard des plus fragiles, de ceux qui n’ont pas eu la possibilité de voir leurs enfants aller jusque-là. Car cela reste des études difficiles d’accès, ce qui crée une forme de reproduction sociale. La crise démocratique, ce n’est pas la crise des élites, c’est la crise du peuple qui pense qu’il n’a plus de place. Ceux qui sont dans les grandes écoles – et je ne les blâme pas, je les félicite, car c’est un parcours difficile – doivent montrer qu’ils peuvent aussi donner, offrir et partager.

Retrouvez l’intégrale de cet entretien sur le site d’HEC : https://www.hec.edu/fr/news-room/francois-hollande-hec-paris-etre-utile-aux-autres

Trois projets en retail

Pour la deuxième édition du Hackathon HEC Paris Unibail-Rodamco-Westfield, les 15 et 16 janvier derniers, les étudiants du Master Sustainability & Social Innovation et du Master X-HEC Entrepreneurs se sont vu confier une mission peu banale : inventer de nouveaux espaces au sein de centres commerciaux. Hébergés par Mixer, laboratoire d’innovation du groupe leader de l’immobilier commercial, les participants, répartis en dix équipes, ont imaginé des lieux de 5 000 m2 proposant des services inédits. Trois projets (espace silencieux incluant un spa, centre de soins médicaux et lieu inclusif dédié aux seniors) ont reçu les faveurs du jury, avec à la clef des prix de 2 000 €, 3 000 € et 5 000 €.

L’École et les tops

HEC Paris se positionne en tête des classements internationaux établis par le Financial Times. Dès novembre, l’Executive MBA d’HEC se hisse à la première place mondiale, le Trium Global Executive MBA (fruit de l’alliance entre HEC, LSE et NYU Stern) occupant la troisième position. Début décembre, nouvelle percée : HEC Paris devient la meilleure école de commerce d’Europe, devançant la London Business School. En janvier, c’est le MBA d’HEC qui fait parler de lui. Il gagne dix places et intègre le top 10 mondial, se plaçant au neuvième rang. Un bond remarquable, qui s’explique notamment par la forte internationalisation du programme et de ses élèves, la progression de carrière de ses diplômés et l’impact de la recherche portée par les professeurs de l’école.

Incubateur 2020, saison 1

La nouvelle promotion de l’Incubateur HEC a fait sa rentrée le 6 janvier à Station F. Sur 80 projets présentés, 10 start-up, portées par 34 entrepreneurs liés à la communauté HEC, ont été sélectionnées. De la valorisation de déchets végétaux en bio-colorants naturels pour l’industrie textile (Synovance) à une plateforme d’e-commerce d’aromathérapie 100 % made in France (Medene), les nouveaux incubés explorent tous les domaines. Ils profiteront de l’accompagnement d’experts et professeurs d’HEC Paris.

La BRED, qui offre aux étudiants boursiers d’HEC Paris des prêts à taux zéro et sans caution depuis 2015, renouvelle et renforce son engagement pour l’égalité des chances en soutenant HEC Stand Up.