HEC Paris a co-sponsorisé l’initiative French Women Entrepreneurs 40 (FWE40) pour récompenser 40 entreprises françaises en croissance dirigées par des femmes et leur offrir son soutien. Lors du  dernierWomen’s Forum Global Meeting, Claire Cano-Houllier (.12) a été l’une des deux lauréates du prix 2022 pour son dévouement de dix ans dans la création de Hiflow.com, axé sur la logistique de la mobilité. Cette nouvelle façon d’évaluer le transport de voitures utilise une plateforme numérique pour livrer les véhicules et loue des voitures à partir de 1€… une première en France.

Claire Cano-Houllier, vous avez passé quatre années d’études à HEC (entre 2008-2012), dont vous êtes sortie avec un master 2 entrepreneuriat. Une décennie plus tard, pouvez-vous partager avec nous comment cela a contribué à votre parcours entrepreneurial ?

Clairement, mes études ont eu un grand impact. Dès la fin de mon Master, j’ai co-fondé Luckyloc.com avec un autre ancien d’HEC, Idris Hassim (H12) et j’ai appliqué une grande partie de ce que j’ai appris pendant ces quatre années, surtout au début. Déjà, j’avais rencontré plusieurs entrepreneurs inspirants au cours du diplôme qui m’ont encouragé à poursuivre mes objectifs. Même après l’obtention du diplôme, ils ont continué à nous accompagner.

Mais il en allait de même pour un principe qui était au cœur de notre programme d’entrepreneuriat : se jeter dans le grand bain et apprendre à nager. Et c’est exactement ce dont on a besoin dans le monde des affaires. Au cours de notre première année en tant qu’entrepreneurs, Idris et moi avons passé en revue chaque détail de nos projets, nous nous sommes débrouillés dans des situations complexes et nous avons appris des coups que nous avons reçus. Nos études nous ont donné une énergie positive et un certain courage pour oser prendre des initiatives. Avec le recul, certaines étaient assez extraordinaires. C’est ce que je retiens : cela nous a donné cette volonté de sortir et de frapper aux portes, parfois avec beaucoup d’insistance… parfois, je me demande si je n’ai pas été un peu trop insistant, mais non, car c’est ainsi que j’ai rencontré des personnes qui ont aidé mon entreprise à aller plus loin. La devise « Apprendre à oser » correspond donc bien aux réalités de l’entrepreneuriat.

Ce prix FWE40 est placé sous le patronage du ministère de l’économie et des finances. Lors de la cérémonie, son ministre Bruno Le Maire a déclaré qu’il y a encore du chemin à parcourir avant que la France n’atteigne la parité en termes de femmes entrepreneurs. Quels défis rencontrez-vous dans votre domaine ?

Oh, il y en a encore beaucoup. Quand j’ai commencé avec mon associé masculin il y a 10 ans, nous étions peu de femmes dans le domaine de l’entrepreneuriat. Et je suis très fière de voir que cette proportion augmente dans les écoles de commerce comme HEC – elles ont certainement contribué à préparer ces nouvelles générations de femmes entrepreneurs qui ouvrent tant de possibilités dans le monde des affaires. Mais nous restons minoritaires. Dans mon cas, je suis dans un secteur de la logistique automobile où il y a vraiment très peu de femmes. Lorsque nous avons commencé, nous avons toujours cherché à vendre quelque chose. C’est le cœur de l’entrepreneuriat, vendre son produit, vendre ses services. Et je me suis rendu compte que mes seuls clients et interlocuteurs étaient des hommes, surtout aux postes de direction. Cela a été un peu un choc, d’autant plus que le ratio pendant mon Master Entrepreneuriat était plutôt de 50/50. J’ai pris conscience de ce grand changement. Nous devons donc continuer à travailler pour réduire ce fossé et l’une des façons d’y parvenir est d’organiser des événements tels que le French Women Entrepreneurs 40. Ils mettent en lumière certaines des initiatives extrêmement vertueuses lancées et développées par des femmes. Il faut savoir que ce prix est une réponse au programme French Tech’s Next 40 dans lequel une seule des 40 entreprises choisies était dirigée par une femme. Cela a irrité beaucoup d’entre nous, c’est pourquoi le Women’s Forum a décidé de lancer ce prix. C’est un peu dommage d’en arriver à de telles mesures, mais cela souligne le fait que Next 40 se concentre vraiment sur les valorisations. Il existe des dizaines d’entreprises dirigées par des femmes qui font preuve d’une grande aptitude à la collecte de fonds et qui ont un énorme potentiel de croissance. Nous devons continuer à mettre en lumière leurs réussites pour inspirer les autres. Il ne reste qu’une petite barrière mentale qui nous ralentit – et elle pourrait être surmontée si davantage d’entreprises étaient dirigées par des femmes. J’ai remarqué que les entreprises dirigées par des femmes créent une parité dans les équipes. Plus de gens postulent parce qu’ils sentent que l’atmosphère ne sera pas exclusivement masculine si les fondateurs sont des femmes.

Je tiens donc à faire passer ce message : si vous avez une équipe exclusivement masculine au départ, vous allez avoir des problèmes. Vous devez intégrer des femmes dans l’équipe de départ pour avoir une culture d’entreprise équilibrée. De cette façon, vous invitez davantage de femmes à postuler et à se joindre à vous. Chez Hiflow, nous avons 80 employés et la répartition est très équilibrée : 40 femmes et 40 hommes. Et je suis convaincu que c’est simplement parce que les femmes qui ont postulé ont pensé que l’atmosphère ne serait pas 100% masculine. Franchement, en transformant les entreprises par le haut, on féminise immédiatement les équipes et c’est comme ça qu’on atteint la parité.

Claire Cano Houllier

Published by Daniel Brown

Articles de l'auteur