Née dans la province de Helmand, dans le sud de l’Afghanistan, Lima Safi, 27 ans, est une brillante étudiante qui a suivi sa passion pour l’éducation malgré le déchirement de son pays. Maintenant l’une des cinq étudiantes sélectionnées pour le programme de bourses Imagine Fellows, elle a raconté à HEC Stories son parcours tumultueux de Kaboul à Jouy-en-Josas.

Lorsque Kaboul est tombée aux mains des talibans en août 2021, cette surdouée de nature avait déjà obtenu une licence en littérature anglaise, un diplôme en droit, un emploi, un salaire et, surtout, son indépendance. « J’ajoutais des revenus à mon foyer. J’aidais financièrement mon père et mon frère. Mais après l’arrivée des talibans, je me suis retrouvée sans rien », raconte Lima Safi, la voix tremblante de chagrin et de colère. Une chose allait bientôt permettre à Lima de sortir de son confinement à la maison : postuler sans relâche pour un master en France.

Sa passion pour l’apprentissage est profondément enracinée dans son éducation, une valeur fondamentale dans sa famille, et qui allait sceller plus tard son destin. « J’ai sept sœurs et un frère, mais mon père est une personne très ouverte d’esprit. Il est en faveur de l’éducation des filles. » En 2003, lorsque Lima avait 5 ans, son père a fait déplacer toute la famille de Helmand, une province rurale, vers la grande ville de Kaboul afin que ses huit filles et son fils unique puissent accéder à l’université.

Une jeune travailleuse confinée à la maison

Initialement scolarisée à la maison, la petite fille a brillamment réussi toutes les classes et a ensuite été admise à la Faculté de littérature anglaise de l’Université de l’éducation de Kaboul en tant qu’étudiante. Poursuivant un deuxième baccalauréat, elle a réussi à obtenir une bourse de l’ambassade des États-Unis pour l’American University of Afghanistan, où elle a étudié le droit. Tout en travaillant à temps plein comme responsable des ressources humaines dans une institution financière, la Mutahid Finance Institution à Kaboul.

Il y a deux ans, les choses ont changé du jour au lendemain. Les femmes ont été privées de leur droit d’étudier et de se déplacer comme elles le souhaitaient. « Ma mère avait de l’hypertension artérielle et le médecin a dit qu’elle devait faire de l’exercice à l’extérieur de la maison, à l’air frais. Mais les femmes n’ont pas le droit d’aller dans les parcs. Elles ont des roquettes, alors les gens ont peur et ne peuvent rien faire. »

Sa réaction a été de s’unir à d’autres femmes dans une situation similaire, éduquées mais privées d’emploi, pour créer son propre institut d’apprentissage. En prenant de grands risques, elle a accueilli environ cinquante filles chez elle et leur a enseigné l’anglais, tandis que d’autres femmes enseignaient la couture et la broderie traditionnelle, le khamak, en pachto, afin que les filles puissent contribuer aux revenus de leur foyer. Parallèlement, Lima a commencé à postuler à des programmes et à des bourses en ligne. Elle a pu entrer en contact avec l’équipe d’admission de HEC Paris et a fini par recevoir une offre début 2022.

C’est à ce moment que le programme Imagine Fellows est entré en jeu. Lancée grâce à un don de l’entrepreneur technologique Adrien Nussembaum, co-fondateur de Mirakl, cette bourse est destinée aux étudiants originaires de pays déchirés par la guerre et vise à former des leaders qui contribueront à restaurer l’espoir et la stabilité dans leur pays d’origine. Après quelques entretiens, l’équipe a décidé de soutenir Lima. « Pour moi, c’était comme le plus beau sentiment qui soit. » Mais les choses ne devaient pas être si faciles.

« Ils ont fouillé chaque recoin de ma maison »

La brutalité du régime en place l’a rattrapée. Son récit, ponctué de stress et d’émotion, rappelle avec précision le jour où les soldats ont fait irruption chez elle. « Ils ont tout fouillé dans ma maison. Mon passeport a été saisi par les talibans en raison de mon parcours à l’American University of Afghanistan. De plus, mon beau-père était gouverneur de Helmand dans le gouvernement précédent. À cause de cela, ils pouvaient facilement me localiser. » Accusée d’être une espionne pour le gouvernement américain, Lima s’est retrouvée sans passeport et incapable de quitter le territoire. Elle n’a eu d’autre choix que de soudoyer quelqu’un avec 1500 $ pour récupérer son document.

Après avoir partagé la bonne nouvelle avec HEC, un autre problème survient : obtenir un visa. Avec un passeport sur le point d’expirer, elle devait agir rapidement. Comme la France ne délivrait pas de visas en ligne, sa seule option était de transiter par le Pakistan. Après un autre pot-de-vin coûteux, elle a réussi à s’échapper. « Traverser la frontière de l’Afghanistan vers le Pakistan a été le voyage le plus difficile de ma vie. » Le 23 février, elle a enfin pris un vol pour Paris. « Je venais de quitter toute ma famille, mais j’étais heureuse parce que j’étais enfin en route pour obtenir mon master et remettre mon éducation sur la bonne voie. »

Lima donnant un discours au Gala HEC 2023. © Christopher Salgadinho

 

« J’aimerais beaucoup rentrer un jour »

Lima vit maintenant dans les dortoirs, bâtiment G, et semble s’adapter plutôt bien. « Les gens ici sont tellement respectueux et solidaires. Ils respectent vos opinions quelle que soit votre apparence ou votre religion, et c’est ce que j’aime. » Elle suit des cours de gestion de la chaîne d’approvisionnement, de gestion des performances organisationnelles et de stratégie, et a décidé de se spécialiser dans cette dernière.

 

Aujourd’hui, la plupart de sa famille est toujours en Afghanistan et Lima n’a des nouvelles qu’une ou deux fois par semaine via Whatsapp. « Je ne sais pas quand je pourrai les revoir. » Malgré la douleur provoquée par la situation, Lima reste optimiste quant à un éventuel retour dans son pays natal. « Si la situation s’améliore, j’aimerais retourner en Afghanistan et partager tout ce que j’ai avec les femmes, et travailler pour l’éducation des femmes. »

 

L’éducation, un symbole d’espoir

Le mois dernier, Lima a assisté au Gala de HEC et est montée sur scène aux côtés d’Adrien Nussenbaum pour partager son histoire avec des centaines d’anciens élèves et d’invités. « Arriver à HEC Paris a marqué le début d’un voyage remarquable qui va raviver ma passion pour avoir un impact positif dans le monde », a-t-elle déclaré. « L’éducation est un symbole d’espoir et de résilience. Pour toutes les femmes afghanes qui font face à des défis similaires dans leur quête d’éducation, je les encourage à continuer d’avancer, à ne jamais renoncer à leurs droits fondamentaux, avec détermination et travail acharné, tout est possible. » Ses paroles ont résonné sous le chapiteau installé dans les jardins magiques du musée Rodin, laissant le public sans voix. Bien loin du tumulte de Kaboul.

Published by Estel Plagué

Articles de l'auteur