En moins de trente ans, Culturespaces s’est imposé comme le premier opérateur culturel privé français. Les 14 sites, musées et centres d’art qu’il gère sont tous bénéficiaires. Et son récent tournant numérique lui donne des ailes. L’aventure Culturespaces débute à la fin des années 1980. Bruno Monnier (MBA.78), chargé de mission au ministère de la Culture, cogite sur la modernisation de la gestion des monuments et musées français à l’horizon 2000. Il constate l’avance des fondations anglo-saxonnes privées dans ce domaine. Sa mission achevée, il fonde Culturespaces en 1990. Son objectif : proposer aux collectivités et institutions publiques d’assurer la gestion et la mise en valeur de leurs sites et établissements culturels, en y introduisant des méthodes de gestion dynamiques, innovantes… sans recours aux subventions ! « Dès 1990, au Palais des Papes, notre premier contrat, nous avons décidé d’ouvrir 7 jours sur 7, de proposer des audioguides gratuits et de mettre à disposition des livrets de jeux pour les enfants, explique Bruno Monnier. C’est devenu notre marque de fabrique : le visiteur d’abord ! » Une révolution dans un univers traditionnellement plus axé sur la collecte des subventions que sur l’accueil du public, et dont la gestion est parfois approximative. « Dans certains sites, la mise en place d’un nouveau service de billetterie a permis aux recettes en caisse de faire un bond de 20 % ! » Culturespaces se développe vite : de la gestion de sites prestigieux il passe rapidement à celle de musées, puis à la […]

This article is for subscribers only!

Cet article est réservé aux abonnés !