Algérie : Quel rôle les étudiants peuvent-ils jouer ?

0
La réponse de Zoubir Benleulmi (E.11) les étudiants algériens, qui sont 2 millions dans le pays; répartis dans une centaine d’universités; sont à l’avant-garde du mouvement de contestation politique actuel, le Hirak, qui a débuté le 22 février 2019. Ils tiennent régulièrement des assemblées où ils débattent et décident de manière démocratique des actions à mener (manifestations, grèves, etc.). Ils recourent massivement aux réseaux sociaux et ils cherchent, en dialoguant avec des enseignants; à mieux comprendre le fonctionnement de l’État et les réformes nécessaires. Ces étudiants portent l’aspiration de tout un peuple. Ils veulent changer le système actuel; en finir avec le despotisme, la mainmise d’une oligarchie et la gestion désastreuse du pays. Ils veulent un État de droit et réaffirment que l’Algérie est une république et non une monarchie. Ces jeunes aspirent aussi à une vie décente dans cette nouvelle Algérie, avec des débouchés professionnels, l’obtention d’un logement… Par la mobilisation générale de la population et les aspirations au changement; on peut comparer le Hirak à un mai 68 plus pacifique. Le pays souffre de la fuite des cerveaux (particulièrement vers la France et le Canada). Certains diplômés veulent poursuivre des études complémentaires dans des universités internationales; alors que d’autres sont à la recherche d’un travail et d’un meilleur cadre de vie. Conséquence : un manque cruel de compétences pour gérer le pays et faire tourner l’économie. Ce qui contribue au cercle vicieux de la médiocrité. Comme me l’a récemment confié un haut responsable :  » Ce sont les […]

This article is for subscribers only!

Cet article est réservé aux abonnés !