Conjuguer préservation du bâti et politique du logement, tel est l’objectif d’Histoire & Patrimoine, spécialisé dans la réhabilitation d’immeubles de prestige. Rencontre avec son président, Rodolphe Albert (H.97).

En quoi votre action contribue-t-elle à la sauvegarde du patrimoine architectural urbain ?

Rodolphe Albert : Le patrimoine architectural français est extrêmement riche, et sa préservation mobilise une action collective : l’État s’occupe des plus beaux joyaux, le Loto et la fondation du Patrimoine ont en charge le mécénat des bâtiments sans équilibre économique propre, tandis que les opérateurs privés, Histoire & Patrimoine en tête, se chargent de conjuguer politique du logement et sauvegarde de bâtiments anciens sur l’ensemble du territoire français. En région parisienne, nous avons livré durant l’année 2021 deux magnifiques immeubles classés : l’Hôtel Royal, qui jouxte le château de Maisons-Laffitte et l’Hôtel de la Surintendance, à côté de l’orangerie du château de Versailles dont il faisait autrefois partie.

Combien de programmes lancez-vous chaque année et quels types de biens sont concernés ?

R.A. : Nous lançons de 25 et 30 programmes chaque année, soit un peu moins de mille appartements. La typologie de notre offre est très variée, puisqu’elle va du studio à des appartements de 300 m², dans des demeures anciennes ou du patrimoine militaire, hospitalier, religieux ou industriel en reconversion. Il y en a pour tous les goûts, toutes les régions et toutes les bourses ! Notre plus grande satisfaction est de redonner vie à des lieux abandonnés où s’installent, grâce à notre filiale de gestion locative, des familles de toutes les classes sociales qui ont ainsi accès à un cadre de vie prestigieux et patrimonial. Nous croyons au patrimoine pour tous, c’est même la raison d’être d’Histoire & Patrimoine.

Comment vos opérations de réhabilitation intègrent-elles les exigences écologiques ?

R.A. : Intrinsèquement, un projet de rénovation a une empreinte carbone de 30 à 70 % inférieure à celle d’un projet de démolition-reconstruction. Et bien souvent, les demeures anciennes ont des murs épais, qui garantissent une isolation performante. Mais, chaque fois que cela est possible, nous optons, sous le contrôle des architectes des Bâtiments de France, pour des solutions permettant d’économiser l’énergie. Nous disons souvent que nous sommes au croisement de la préservation : préservation du patrimoine, bien sûr, mais aussi préservation de métiers anciens (tailleurs de pierre, charpentiers, poseurs d’ardoises au clou…) et préservation de la biodiversité. En effet, la nature a souvent repris le dessus dans les immeubles que nous restaurons et nous veillons à intégrer des aménagements pour la faune locale. Par exemple, aux Grands Moulins de Paris, à Marquette-lez-Lille, nous avons installé des nichoirs à faucons et à chauves-souris.

Vos opérations relèvent donc aussi d’une mission d’intérêt général ?

R.A. : Oui, même si nous visons aussi la satisfaction de nos clients acquéreurs. Le surcoût important des travaux menés sur des bâtiments anciens protégés (environ 4 000 euros/m² contre 1 500 à 2 000 euros/m² pour une construction neuve) sont compensés par des dispositifs d’aide fiscale. Cette réglementation permet de préserver et de restaurer un patrimoine national qui attire des visiteurs du monde entier : en France , le secteur du tourisme génère environ 8 % du PIB et 1 million d’emplois ! Notre mission s’inscrit donc bien dans l’intérêt général du pays.

Histoire & Patrimoine
Rodolphe Albert (H.97)
Après un début de carrière au Paris Saint-Germain, dont il a été directeur financier, il rejoint en 2007 le groupe Alain Crenn, devenu Histoire & Patrimoine en 2011. Il a été nommé président de l’entreprise en juillet 2018.
Histoire & Patrimoine
Spécialiste de la rénovation et de la réhabilitation de l’immobilier ancien au sein du groupe Altarea, Histoire & Patrimoine a forgé son expérience à travers de prestigieuses opérations de reconversion de patrimoines religieux, industriel, administratif ou militaire, et la rénovation de bâtiments classés monuments historiques.

Par Flavia Sanches

Articles de l'auteur